A Auvers, si chaque Opus est une fête, si chaque Opus révèle une formidable énergie régnant au sein de l’équipe organisatrice, chaque Opus est aussi une vraie croisade. En effet, le chantier artistique élaboré d’une année à l’autre doit trouver les aides nécessaires pour le transformer en une programmation où audace rime avec exigence. Et même si cela n’est pas simple, surtout en ces temps où la culture n’est plus au cœur de l’actualité, la passion de la transmission, du partage, de la découverte, de l’éveil et de la beauté, l’emporte largement sur les difficultés à monter une rencontre internationale qui atteint l’âge de 34 ans avec toutefois, la même jeunesse d’esprit et l’enthousiasme intact de ses débuts.Ainsi, en cette cité des peintres où tant d’artistes célèbres ont séjourné pour créer, quelle joie d’ouvrir cette nouvelle édition avec le Concert Spirituel d’Hervé Niquet et Venise, ville de fête et de légende, qui comme un tableau de Van Gogh, provoque l’émotion à chaque fois qu’on l’admire. Puis de poursuivre par Leipzig et Naples, avec les Bach et Scarlatti ciselés de la grande pianiste Anne Queffélec , et de conclure ce voyage musical à Londres et Hambourg avec des Telemann et Haendel merveilleusement servis par l’ensemble Amarillis !

Auvers est voix et musique de chambre depuis sa création, alors comment ne pas être fier d’accueillir en résidence pour trois années,Laurence Equilbey et les quarante bouches en or d’Accentus, de s’associer à l’hommage du peintre de Zundert lors de la soirée-lecture des lettres de Vincent à Théo par les frères Poivre d’Arvor, sans oublier, bien sur, le violon de feu de Laurent Korcia ! Et comme à l’accoutumée, le public découvrira la génération montante et ô combien talentueuse, des Julien Behr, Sanja Bizjak, Caroline Glory, Adam Laloum, Lise Berthaud, Astrig Siranossian, Romain Leleu, Suzanne et Julia Jérosme .A Auvers, le piano est toujours roi ! Cette année, avec Khatia Buniatishvili , jeune star mondiale du clavier, Denis Matsuev , surnommé le Liszt de Sibérie, et Roger Muraro , interprète singulier au service de la poésie et de la sincérité rendant un hommage appuyé à son maître, Eliane Richepin .Auvers, c’est aussi plus que jamais la création ! Le Festival mettra donc à l’honneur le compositeur FlorentineMulsant , héritière de l’école française de Ravel à Dutilleux, dont l’écriture claire et aérée est riche de belles sonorités et d’autre part, le peintre Tony Soulié, artiste de la nouvelle abstraction et profondément expressionniste dans sa façon de penser les couleurs. Enfin, l’Opus 34 se refermera avec la venue d’une des plus grandes dames du chant mondial : Anne-Sofie Von Otter qui créera l’évènement en concevant la dernière soirée autour de compositeurs qu’elle affectionne particulièrement. Classe, élégance et raffinement seront donc les maîtres mots de la clôture du 34ème Festival d’Auvers-sur-Oise. A savourer sans modération !Pascal Escande

Le festival

Ambiance au fesdtival
Ambiance au fesdtival © Festival d'Auvers sur Oise

Ses grands interprètes, ses découvertes - Un des plus prestigieux festivals de musique d’Europe….

Le Festival d’Auvers-sur-Oise est l’un des plus prestigieux festival de musique d’Europe. Il reprend en musique, l’esprit qui fut, en peinture, celui des impressionnistes : variété, vivacité, curiosité, liberté. Auvers baroque, Auvers classique, Auvers romantique, Auvers lyrique ou contemporain... autant de tempéraments différents se déclinant dans des lieux chargés d’histoire. En quelques années, le Festival s’est bâti une solide réputation auprès des grands interprètes du monde entier qui l’ont considéré comme une halte incontournable dans leur parcours. Et pour n’en citer que quelques uns, Georges Cziffra, Sviatoslav Richter, Nikita Magaloff, Gundula Janowitz, Christa Ludwig, Radu Lupu, Maurice André, Jean Pierre Rampal, Barbara Hendricks, Teresa Berganza, Mstislav Rostropovich, Dame Gwyneth Jones, Hélène Grimaud, François René Duchâble, Sviatoslav Richter, Ivo Pogorelich, Yuri Bashmet, Maria Joao Pires, Maxim Vengerov, Natalie Dessay, Evgueny Kissin, Cecilia Bartoli, Fazil Say, Nelson Freire ou Renée Fleming ont fortement marqué, par leur talent et leur charisme, l’histoire du Festival d’Auvers-sur-Oise. Cependant, le Festival se tourne vers l’avenir et s’affirme résolument comme un laboratoire de découvertes, de recherches et de créations. Du Trio Wanderer à Claire Marie Le Guay, Delphine Haidan, Thierry Escaich, Denis Matsuev, Inon Barnatan, Henri Demarquette, Hisako Kawamura, Tristan Pfaff, Jean-Frédéric Neuburger, La Maîtrise de Paris, Lilit Grigoryan ou très récemment Sanja Bizjak, le Festival remplit sa mission de résidence auprès des jeunes artistes pour le développement de leur carrière scénique et discographique. Par ailleurs, le Festival a atteint depuis deux ans un de ses objectifs: la construction d’un orgue de 30 jeux d’esthétique post-classique en l’église Notre Dame d’Auvers-sur-Oise. Ce nouvel orgue engendre d’autres projets d’envergure en direction des jeunes comme l’atelier de formation « L’Orgue Aux Enfants », la création d’éditions d’œuvres commandés à des compositeurs contemporains et le projet de fonder une Manécanterie....

Ses missions de diffusion, de création et de résidence

Le Festival d’Auvers-sur-Oise présente un programme d’excellence en matière de diffusion, tout en s’éloignant des grandes machines commerciales de tournées, ouvre le public à la création contemporaine et favorise l’émergence de jeunes artistes interprètes et compositeurs. Le Festival d’Auvers-sur-Oise joue donc un rôle de découvreur, de « défricheur » et a donc une place particulière parmi les acteurs culturels. En plus, le Festival investit depuis quelques années un lieu parisien, que ce soit la salle Cortot, le Théâtre Adyar ou l’auditorium Landowsky, l’Eglise Saint-Eustache ou le Théâtre des Champs-Elysées. Le Festival d’Auvers-sur-Oise s’ouvre aussi aux arts plastiques, considérant que les transversalités artistiques qui s’imposent aujourd’hui doivent être prises en compte. Il accueille donc un artiste plasticien et lui demande « d’éclater ses interventions » dans la ville et les lieux de concert. Des artistes plasticiens majeurs comme Robert Combas, Tony Soulié, Rachid Khimoune, Pierre-Marie Lejeune, Corneille, Jean-Yves Aurégan, Serge Chepik, Nicoales Kennett ou Kim En Joong ont réalisé des créations en public, suite à cette initiative.

Concert
Concert © Festival d'Auvers sur Oise

Le Festival accompagne le début de carrière des jeunes interprètes et compositeurs à travers sa mission DiscAuverS. En effet, Le Festival d’Auvers-sur-Oise a donc conçu d’accompagner tous ces jeunes, découverts pour la plupart par sa direction artistique. Du Trio Wanderer à Claire Marie Le Guay en passant par Henri Demarquette, Delphine Haidan, Emmanuelle Haïm, Denis Matsuev, les Folies Françoises et Patricia Petibon, Hisako Kawamura, Hyo Joo Lee, Jean-Frédéric Neuburger, Tristan Pfaff, la Maîtrise de Paris ou Sanja Bizjak, un grand nombre de musiciens ont pu réaliser non seulement leur premier CD, mais encore être aidés et soutenus dans un esprit de résidence.

Van Gogh par Tony Soulié - Production du Festival d’Auvers-sur-Oise

Tony Soulié - Exposition 17 mai au 30 août - Galerie d’Art Contemporain d’Auvers-sur-Oise Profondément expressionniste dans sa façon de penser les couleurs, amoureux de l'authenticité et de la beauté du Vexin qu'il habite depuis quelques temps, Tony Soulié rendra un hommage appuyé au Maître de l'Expressionnisme grâce à son coup de pinceau aussi sensuel que lyrique! Artiste international exposant dans le monde entier, Tony Soulié fait chanter les couleurs comme personne. Son œuvre est suave et sauvage, minutieuse et massive, fondue et frontale, voluptueuse et violente, cyclique, cosmique et ciselée. Ses jaunes et ses rouges tout comme ses noirs sont organiques, charnels, passionnés et profonds. Un voyage à la fois céleste et terrien auquel il nous conviera pour fêter ce 34ème Opus du Festival d'Auvers-sur-Oise dans les pas de Vincent Van Gogh.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.