C'est une véritable tradition qui prend racine dans les terres de Fontainebleau. Pour la troisième année consécutive, le festival de l'histoire de l'art se tiendra les 31 mai, 1er et 2 juin autour du château de Fontainebleau.

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, a inauguré le Festival lors d'une visite guidée par le Président du Château de Fontainebleau , Jean-François Hébert, et ponctuée par des rencontres avec des étudiants de l'Ecole du Louvre et par les performances théâtrales émouvantes du "musée vivant" de Robert Cantarella . Le dispositif de Cantarella consiste à faire lire des textes d'auteurs contemporains par des comédiens devant des oeuvres.

"C'est le week-end où vous pourrez avoir une vue assez exaustive de tout ce qui se produit et qui s'écrit en matière d'histoire de l'art " a déclaré Aurélie Filippetti. "L'histoire de l'art est une source d'une meilleure compréhension de ce qui nous est offert par la richesse de notre pays " a-t-elle ajouté.

La distinction de trois personnalités du monde artistique a conclu la visite ministérielle. Jennifer Montagu , conservatrice de la collection photographie au Warburg Institute de Londres,Daniel Spoerri , artiste plasticien suisse, et Peter Greenaway , cinéaste britannique, ont tous trois reçu l'insigne de Commandeur des Arts et des Lettres pour l'ensemble de leurs oeuvres.

Filippetti, Greenaway, Montagu, Spoerri
Filippetti, Greenaway, Montagu, Spoerri © Radio France

Malgré une météo capricieuse, "Avec trois cents intervenants venus de l'Europe entière et d'ailleurs à votre disposition et prêts à vous faire partager leur passion, ce serait vraiment très bête de rester chez soi !" continue Florence Buttay, de l'Institut national de l'Histoire de l'art.

Le programme du Festival 2013 comprend des expositions minéralogiques de l'Ecole des Mines, des spectacles de cirque, une découverte du jeu de paume, des concerts de piano d'airs de Brahms, Debussy ou Schubert, une projection sur la vie de Salvador Dali, etc.. Affiches, graffitis et expositions en tout genre qui regrouperont à n'en pas douter toute la famille.

Depuis la première version en 2011, le Festival a pour habitude d'attribuer un thème pour le week-end, et de convier un pays invité d'honneur. Après la Folie, puis les Voyages, c'est l'Ephémère qui est choisi cette année. L'art de l'instantané, du changement et de la performance est donc d'actualité . Thème important au regard de Florence Buttay, chargée de mission pour l'Institut national de l'histoire de l'art, "à une époque où on jette tout mais on ne consent rien à voir disparaître" . Le Royaume-Uni assurera quant à lui la succession de l'Italie et de l'Allemagne, en exposant ses méthodes et ses pratiques en matière d'histoire de l'art et de conservation. Figure emblématique de la première journée du Festival,le cinéaste britannique Peter Greenaway projettera en avant-première son dernier film Goltzius and the Pelican Company , consacré à un graveur flamand du XVIème siècle.

(Romain Weber - Helia Rebeyrotte)

Le site du festival de l'histoire de l'art>

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.