Présentation du focus "Colombie" du festival par la journaliste Caroline Bourgine

Seul pays d’Amérique du Sud bordé par la mer Caraïbe et l’océan Pacifique, passant de l’épaisseur amazonienne aux plateaux andins, la Colombie à l’image de ses côtes, de ses fleuves et de sa biodiversité, possède une variété de musiques qui constitue l’un des plus beau patrimoine culturel du continent sud-américain. Reflet d’un brassage ancré dans un socle amérindien, colonisée par les Espagnols, la Colombie, peuplée d’esclaves africains, recèle de nombreuses expressions musicales de résistance à l’apparence festive. Préservée et vivante sur les côtes, dans les plaines et à l’intérieur du pays, cette géographie musicale est marquée par les carnavals et de nombreux festivals où se conjuguent danses et théâtre, arts populaires et contemporains.Les musiques traditionnelles ont des ambassadeurs fervents : Totó la Momposina, Petrona Martínez Juancho Fernández… Des villes phares : Valledupar, Buenaventura, Carthagène, Santa Marta, Barranquilla, Cali, Medellín, et la mégalopole sur la cordillère, Bogotá, où tout converge !

Innombrables sont les lieux où s’exprime l’art de la danse, du chant. Des musiques si généreuses qu’elles ont franchi les frontières avec les pays voisins, le Venezuela, le Panama, l’Équateur, le Pérou, le Brésil et non loin, Cuba mais aussi l’Europe, pour de nouveaux terreaux et de nouvelles transplantations. La cumbia de renommée mondiale est la plus emblématique. Son origine est repérée dès la fin du XVIIIème siècle.Pratiquée par les esclaves, ses pas de danse dérivent directement des pas dansés avec des chaînes et des boulets aux pieds. Enraciné non loin de la côte Caraïbe, le vallenato est éminemment populaire, avec ses poètes et ses classiques. Apparenté au boléro, son gouvernail est l’accordéon, instrument rassembleur qui servait jadis aux musiciens itinérants pour annoncer les nouvelles.

C’est aussi en Colombie qu’a vu le jour la champéta inspirée du mélange du soukous, du mbaqanga, du highlife associés aux variantes du rap, reggae, kompa haïtien, soca et calypso. Une invention à peine trentenaire apparue à travers les disques africains ramenés au port de Carthagène. En Colombie, les traditions se risquent à se mixer avec des sonorités parentes et cousines des Caraïbes mais aussi avec de moins familières : techno, hip-hop, électro. Grâce à l’engouement pour les musiques latines en Europe, des académies de danses, des cours, des écoles ont fleuri un peu partout; des musiciens colombiens ont pu s’installer. Les DJ se sont aussi appropriés cette mine d’or musicale pour enflammer les dancefloors.Le sens inouï d’adaptation de ces musiques, leur univers fantastique, leur désordre temporel, auront de quoi occuper toutes les scènes-St-Denis !

Caroline Bourgine

Journaliste musiques et cultures du monde.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.