En 2012, avec une nouvelle lecture de lʼanagramme du Festival Alpilles-ProvenceʼArt, Philippe Cazal donne sa signature “a-part” au festival grandissant qui cultive cet esprit à part qui plaît tant aux artistes. Dorénavant, comme pour justifier la réflexion de Ben qui le compare à “une chasse aux trésors”, le festival se décline en autant de couleurs que de sections à découvrir, sur un territoire de près de 60 km2. Un circuit pour les 77 artistes des neuf sections reparties en 25 lieux dʼexception, tant intérieurs quʼextérieurs, investis durant quatre semaines estivales.

Grand Bouddha
Grand Bouddha © Ma Tse Lin

Pour la première fois, de nouveaux territoires artistiques sʼinscrivent au programme. Les champs explorés sont surprenants. Tout au long de cette édition, des artistes proposent de nous tenir éveillés, ou de nous faire rêver. Certains préparent des performances, des installations, quelques-unes des oeuvres pérennes pour les Alpilles, quand dʼautres imaginent ouvrir des ateliers éphémères. Pour dynamiser les échanges et favoriser la pluralité des propositions, il convient de susciter mille rencontres entre artistes, et aussi entre amateurs dʼart et partenaires avec les artistes.

Mots-clés :
Articles liés
Culture
Biscuits à l’anis vert
20 octobre 2017
Culture
Roulés de poulet au paprika
20 octobre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.