La Grenouille n’a pas pris une ride depuis sa 1ère apparition en 2004, ouverture des premiers Bambous Libres. Dix ans après,et six éditions plus tard, Les Bambous sont toujours Libres, et complètement à l’Est (la scène conventionnée fêtera ses 20 ans en 2015 !) et la cité des eaux vives continue de terminer l’année en beauté, en chansons et musiques d’humeur, que nous souhaitons libre, joyeuse, attentive et partageuse.Après Tchéky Karyo et Nilda Fernandez, c’est André Minvielle qui parraine le festival ; André Minvielle l’occitan avec qui nous suivrons l’accent, les accents, tous les accents… Celui de Christine Salem teinté de maloya et des échos des grandes voix d’Afrique du Sud, celui de Rit aux influences ricaines et spaghetti, celui de Wally le «titi de l’Aveyron», celui du Nord de Dick Annegarn, le plus français des chanteurs hollandais qui fête ses 40 ans de carrière avec nous, rien que ça ! Celui féminin et rocailleux de Monique Brun racontant Léo Ferré, gouailleur et accordéonneux de Mathilde, protégée des Fouteurs de joie,Reggae et rouge et presque jamaicain de Ti Rat dont les 20 ans de scène illumineront Les Bambous Libres, celui pei de Tiloun et de Zanmari Baré, jazzy et libre penseur d’Oté Pirates, ceux Zazous des cordes sensibles, et ceux des îles soeurs, et grandes,et petites, et rêvées, et éveillées, et enlevées - de rideau !…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.