Aujourd’hui plus que jamais, le corps est une fête ! Un festival ouvert sur le monde.

Festival Montpellier Danse 2021  © Transverse Orientation de Dimitris Papaioannou
Festival Montpellier Danse 2021 © Transverse Orientation de Dimitris Papaioannou © photo Julian Mommert graphisme Les Produits de l’épicerie

"Le Festival Montpellier Danse est le festival de danse contemporaine de renommée internationale réunissant chaque année à Montpellier des milliers de spectateurs :

Le rendez-vous annuel des plus grands chorégraphes internationaux, avec de nombreux spectacles gratuits à Montpellier et dans les communes de la métropole,

Plus de 300 compagnies venues du monde entier qui se retrouvent à Montpellier, des dizaines spectacles par jour,

Des créations inoubliables, des documentaires sur l'histoire de la danse, des cours de danse en plein air, des apéros-débats sur les spectacles...

La danse est un art de résistance, car elle est un art fragile, ou du moins, un art qui nous rappelle notre fragilité. La danse raconte le temps mais ne vieillit pas. Elle raconte la pulsion de vie malgré l’aboutissement du temps qui passe."

par Jean-Paul Montanari directeur de Montpellier Danse, écrit par Marie Reverdy dramaturge

Quelques spectacles

  • Arkadi Zaides : Necropolis 

Au plus près du réel, la pratique artistique d’Arkadi Zaides mêle inséparablement expérience chorégraphique et conscience politique pour susciter une réflexion critique sur l’état du monde à travers des projets aussi originaux que stimulants. Sa nouvelle pièce, Necropolis présentée en création à Montpellier Danse, se fonde sur une liste établie par la plateforme européenne UNITED for Intercultural Action afin de recenser les migrant(e)s mort(e)s en essayant d’atteindre l’Europe. Débutée en 1993 et régulièrement actualisée, elle dénombre déjà plus de 40 500 personnes disparues, en grande majorité non identifiées.

Necropolis
Necropolis / Vincent Staub
  • Fabrice Ramalingom : Frérocité

Frérocité, ce néologisme attribué à Lacan, amalgame de mots où l’on entend Frère, Férocité, Cité, offre déjà un indice de la direction vers laquelle Fabrice Ramalingom nous invite à cheminer : questionner le « vivre ensemble » avec un œil critique sur la cruauté et la dureté dont nous pouvons être capables dans nos agissements pas toujours avouables. Jusqu’alors, Ramalingom nous offrait à travers ses précédentes pièces, en réponse au « vivre ensemble », le visage d’une communauté se mouvant d’un même élan vers une utopie joyeuse pleine de facétie et d’optimisme.

Frerocite
Frerocite / Frank Boulanger
  • Thomas Lebrun : Mille et une danses

Quand Thomas Lebrun imagine ces Mille et une danses (pour 2021), il est bien loin de se douter qu’une pandémie va bouleverser nos vies et rendre impossible toute rencontre charnelle, tout contact physique, ou exiler les danseurs des studios, des pistes de bal, et même des théâtres. Toutes choses inscrites profondément dans « l’être dansant ». Alors Mille et une danses (pour 2021) est apparu une nécessité absolue, une certitude, une obligation. Comme un hommage à notre monde si bousculé, cette création concentre toutes les danses, récentes, passées, oubliées, à venir.

Mille et une danses pour 2021
Mille et une danses pour 2021 / Frédéric Iovino
  • Sylvain Huc : Nuit

Travaillant le corps comme un inépuisable champ d’expression, Sylvain Huc élabore une danse extrêmement organique dont s’affirme de plus en plus la dimension plastique. Dans le prolongement de Sujets, superbe pièce créée à Montpellier Danse 2018, sa nouvelle création au titre programmatique – Nuit – prend la forme d’une aventureuse exploration sensible à travers les ardents territoires de la nuit. Si elle évoque le sommeil et le repos, la nuit incarne au moins autant la fête et la dépense. Dans ce monde à part, où semble s’ouvrir un infini champ de possibles, s’inventent des usages en rupture avec les normes du jour. « La nuit offre une temporalité autre. Elle a ses propres règles, totalement différentes de celles du jour. Il y a un ordre du jour et un ordre de la nuit », analyse Sylvain Huc.

Nuit
Nuit / Loran Chourrau
  • Dimitris Papaioannou : Transverse Orientation

Véritable peintre du mouvement et artiste protéiforme, Dimitris Papaioannou propose avec Transverse Orientation (Orientation transversale) une marche vers la lumière en tant que telle. « C’est par là que j’ai commencé et c’est par là que s’achève le voyage ». Il a donc décidé de placer sa nouvelle pièce chorégraphique sous le signe des métamorphoses, imaginant une étendue liquide et un environnement aux tons clairs. Sur le plateau, on croisera des figures mythiques, du Minotaure à Thésée sans oublier des créatures plus contemporaines. Tout l’art de Papaioannou est dans cet entre-deux, des références explicites à son ADN grec mais tout autant des inventions formelles à la beauté saisissante. « Pour un formaliste comme moi, le contenu est la forme » résume le créateur dont le Still Life bouleversa le public de Montpellier à Athènes. « J’ai pris conscience que désormais je suis le Minotaure. Je ne suis plus Thésée. Ma place par rapport à l’action a changé. La vie et son paysage s’éloignent » reprend Dimitris Papaioannou.

Transverse Orientation
Transverse Orientation / Julian Mommert
  • Angelin Preljocaj : Deleuze / Hendrix

Revenant à l’expérience pleine d’audace entamée avec Empty moves, chorégraphie sur une performance insolite de John Cage qui déconstruisait par phonèmes l’ouvrage du philosophe Henry David Thoreau La désobéissance civile, Angelin Preljocaj s’est plu à transformer l’essai, témoignant de son attrait pour la philosophie. Mais cette fois, le chorégraphe est le grand orchestrateur d’une bande-son aussi originale que radicale, qui mêle aux cours de Gilles Deleuze sur L’Ethique de Spinoza, les sons sensuels et révolutionnaires de Jimi Hendrix. Si la discordance saute aux yeux, les accointances ne sont pas moindres. Baruch Spinoza aussi est une sorte de rebelle. Il remet en question la transcendance divine, s’intéresse à « ce que peut un corps » et fait du désir la pierre angulaire de ses concepts.

Angelin Preljocaj
Angelin Preljocaj / Didier Philispart