La ville d’Aix-en-Provence accueille le premier Festival National de l’Éloquence.

La soirée d'ouverture, Mardi 11 mai, sur le Cours Mirabeau à partir de 20h30 (Accès libre), sera clôturée par un spectacle inédit de la Comédie Française, revisitant les grands débats oratoires de la Révolution. La sélection des textes sera proposée par Jean Lebrun , animateur de l'émission La marche de l'Histoire, et Isaure Pisani-Ferry , tous deux auteurs de Les grands débats qui ont fait la France ."L’éloquence n’était à ce jour le thème d’aucun festival, d’aucunes rencontres particulières. Nulle part, dans cette France qui pourtant s’en imprègne, elle ne disposait d’un lieu pour sa mise à l’honneur public, hors des cénacles académiques.Cahors, berceau de Gambetta ; Castres, celui de Jaurès ; Lille, poste frontière du général de Gaulle ; Pagnol et les versants du Garlaban. Aucune des 36 000 communes de France n’avait rappelé l’importance de ses chantres, de ses hérauts.Nous avons allumé cette étincelle, à Aix-en-Provence, sur le sol natal de Mirabeau, la « Torche de Provence », selon ses contemporains. Le thème de cette première édition sera la Révolution Française.Ainsi, un programme complet est élaboré pour en revisiter les grands moments. Des années lumières aux années terribles, les discours et les joutes de cette époque troublée seront joués ou racontés, en salle et dans les rues d’Aix-en-Provence. Nous voulons rappeler qu’il existe d’autres formes de communion autour de la parole. Le théâtre, la chanson et les lectures collectives, mais également les œuvres qui ont fait ces grands moments d’éloquence seront proposés.Venez vivre avec nous cette expérience !Participez à la naissance d’un événement unique !Rendez-vous en mai 2015 !Que l’éloquence soit !"Jérémie Cornu Directeur général

Un jour, une voix célèbre

Lundi 11 mai avec Mirabeau Que l’éloquence prenne forme humaine, et peut-être s’incarnerait-elle en Mirabeau. « L’orateur du peuple », « La torche de Provence » ! Ses contemporains comme la postérité ne cessent de rappeler l’extraordinaire talent de discoureur et le charisme irrésistible de cet être pour le moins surprenant. Car ces incroyables aptitudes à convaincre par le verbe et la verve, Honoré Gabriel Riquetti de Mirabeau les a chevillées à une personnalité hors norme. Mardi 12 mai avec Olympe de Gouges Précurseur du féminisme, politicienne engagée et révolutionnaire convaincue, Olympe de Gouges, née Marie Gouze, est sans nul doute la femme la plus emblématique de la Révolution Française. Veuve précoce, la mort de son mari la libère du mariage qu’elle voit comme le « tombeau de l’amour et de la confiance », et lui permet ainsi de jouir d’une liberté de parole extraordinaire. Avant même la Révolution, elle établit sa propre troupe de théâtre, et utilise cet art oratoire pour diffuser à travers lui ses idéaux. Mercredi 13 mai avec Danton Avocat comme la plupart de ses grands hommes de son temps, Georges-Jacques Danton s’élève dès 1790 au premier rang des protagonistes de la Révolution, lorsqu’il crée le fameux Club des Cordeliers. Premier président du Comité de Salut Public, il est doté d’un tempérament de lion, louant l’audace, la bravoure et le salut de la Patrie. Jeudi 14 mai avec Desmoulins Elève brillant du Lycée Louis-le-Grand où il se lie d’amitié avec Robespierre, Camille Desmoulins incarne le Journalisme pendant toute la période révolutionnaire. Ecrivain plus qu’orateur, il est apprécié de ses pairs, peut-être parce qu’ils ne voient pas en lui une menace, un rival, mais plutôt un jeune frère impétueux et tapageur mais ô combien talentueux. Bégayant ses discours, il parvient cependant toujours à être décisif aux moments cruciaux, comme ce 12 Juillet 1789 où, haranguant la foule assemblée au café de Foy, il éveille le sentiment révolutionnaire chez les Parisiens, étincelle infime du brasier magnifique à venir. Vendredi 15 mai avec Robespierre

S’il était besoin de réduire la Révolution Française à une seule existence, ce serait celle de « l’Incorruptible » Maximilien de Robespierre qu’il faudrait retenir. Robespierre, allégorie de la Révolution, devenu symbole de la vertu politique comme du dogmatisme le plus meurtrier. Lui qui se voyait comme un modéré reste pour la postérité synonyme d’extrémisme ou de droiture, de Terreur ou de dévouement.

Retrouvez tout le programme du festival ici

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.