A Pantin, du 9 au 30 novembre 2013 – à travers des rencontres artistiques et culturelles – le Festival NIO FAR (on est ensemble en wolof), tentera de penser l’héritage de l’esclavage, la mémoire de l’histoire coloniale en rapport avec la question de la citoyenneté et de la solidarité internationale.

Intellectuels, artistes et personnalités apporteront leur regard sur ces questions : Pascal Blanchard, Rokhaya Diallo, Juan Gélas, Séverine Kodjo-Grandvaux et Françoise Vergès…

Au programme : danse, documentaires, tables rondes, photos, expositions, contes. L’écrivaine sénégalaise Fatou Diome lira des extraits de ses œuvres.

Le Festival rendra hommage au sénégalais Alioune Diop, fondateur de la revue « Présence Africaine » en 1947, puis de la maison d’édition du même nom en 1949.

Une soirée festive et solidaire est programmée le 25 novembre au Comptoir Général à Paris et les recettes récoltées de cette soirée seront versées au projet de construction à Mboro – Sénégal, d’une « Maison des Artistes », véritable lieu de formation, de création, et de résidence pour artistes de l’Afrique et du monde entier.

Initié par le chorégraphe Pier Ndoumbe, le Festival Nio Far est la première rencontre culturelle pluridisciplinaire que présente l’association La Tribu.

Christiane Yandé Diop, directrice de « Présence Africaine » est Marraine du Festival

Mots-clés :
Articles liés
Culture
Fregula sarda
18 juillet 2017
Culture
Pardulas
18 juillet 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.