Au tout début de l’été, Orléans’ Jazz donne le ton à une nouvelle saison de festivals avec son ambiance, son ouverture, son esprit fédérateur. Cette année plus que jamais tous les jazz entrent dans la ville avec des lieux inscrits dans le patrimoine d’Orléans et aménagés de façon éphémère pour recevoir Orléans’ Jazz. Ainsi le festival va à la rencontre des Orléanaises et Orléanais, sur la place de Loire, fait son retour dans le merveilleux écrin du Jardin de l’Evêché, berceau de la nouvelle génération, ainsi que sur la scène internationale du Campo Santo habituée à recevoir depuis plus de 2 décennies les géants du jazz d’aujourd’hui. En plus de cette dynamique, le comité de pilotage du festival a confié à l’association Le Nuage en Pantalon une mission innovante qui consiste en un superbe parcours de lieux, dont certains sont insolites, pour une programmation souvent acoustique d’artistes inspirés par de petites formes intimistes, solo, duo ou trio… Ainsi pour la première fois la Collégiale St-Pierre-le-Puellier et les Turbulences – Frac Centre accueilleront Orléans’Jazz. On y découvrira Elise Dabrowsky, la bassiste Fanny Lasfargues, Lila Tamazit…

Orléans‘ Jazz s’adresse à toutes les générations de 7 à 77 ans. Le spectacle jeune public, créé en coopération avec Jazz à Vienne, est confié cette année à Greg Zlap et sera l’occasion d’initier les écoliers au blues et à l’harmonica.

Avec des talents tels que Andreas Varady (Irlande), Alfredo Rodriguez (Cuba) découverts par Quincy Jones, le phénomène franco-libanais Ibrahim Maalouf, la coréenne Youn Sun Nah, l’israélien Avishaï Cohen, la sono mondiale du jazz composée de cette nouvelle génération de musiciens inspirés par les musiques ethniques de leurs pays tient une part prépondérante de la programmation d’Orléans’ Jazz 2014. Les valeurs sûres du jazz hexagonal sont aussi à l’affiche avec Thomas de Pourquery, Pierre de Bethmann et Arnaud Méthivier... Les grands jazzmen américains tels que Pat Metheny Unity Group et Gregory Porter, « Grammy-awardisé » meilleur disque de jazz vocal de l’année présentent leur nouveau répertoire. Orléans’ Jazz 2014 se termine autour d’une soirée purement reggae, considéré par certains comme le blues des Caraïbes, avec deux icônes de cette musique Tiken Jah Fakoly (Grand prix de la Sacem 2012) et Winston McAnnuff …

STÉPHANE KOCHOYAN

Directeur artistique, Membre de l’Académie du Jazz

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.