La Ministre de la culture répond sur Twitter aux auteurs de BD en colère. Nous cherchons une solution, dit-elle, et "Je répondrai très vite pour soutenir les auteurs de BD".

tweet Filippetti
tweet Filippetti © Radio France

Les grands noms de la BD et du dessin s'insurgent contre une augmentation de leurs cotisations retraite à partir de 2016. Ils promettent des actions pour septembre si la Ministre de la culture ne les entend pas.

Les auteurs de BD ont écrit mardi une lettre ouverte à Aurélie Filippetti, signée par près de 750 créateurs, dans laquelle ils alertent sur la précarité de leur situation et réclament la suspension d'une hausse prévue de leurs cotisations retraite début 2016.

Parmi les signataires de cette lettre à la ministre de la Culture, intitulée "Le temps est-il venu de nous dire adieu ?", se trouvent des auteurs de renom tels Joann Sfar, Riad Sattouf, Christophe Blain, Philippe Geluck, Jacques Tardi, Enki Bilal, Pénélope Bagieu et bien d'autres.

Riad Sattouf
Riad Sattouf © Allary editions

Sans aucune consultation, écrit le syndicat des auteurs de bande dessinée (SNAC BD), "nous apprenons qu'à compter de janvier 2016 nous devrons cotiser à hauteur de 8% de nos revenus pour financer notre retraite complémentaire obligatoire ".

Actuellement, les auteurs peuvent verser à cet organisme privé une cotisation minimale de 200 euros par an. "Cette réforme soudaine et irréfléchie, les auteurs n'en veulent pas ", écrivent-ils.

Pour relayer ce mouvement, Fred Bernard, auteur et illustrateur publie sur sa page Facebook plus d'explications pour abonder dans le sens de la lettre ouverte : un auteur jeunesse gagne 3% sur le prix d'un livre en poche. Un autre auteur, sur cet même page, François Place, souligne concernant le passage à 8% de la cotisation retraite : "8% de notre rémunération consacrée à la retraite, c'est l'équivalent de votre main droite, vous n'avez qu'à apprendre à vous servir de votre main gauche ".

Les signataires de la lettre à la Ministre de la culture signalent que le revenu de la moitié des auteurs de BD se situe bien en dessous du SMIC. Ils envisagent dès septembre des actions collectives.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.