Dans le cadre de la 17ème édition pour l'emploi des personnes handicapées, Franceinter.fr présente un éclairage sur le handicap.

Le rendre familier au point de l’oublier.

Et ne plus regarder que les acteurs qui nous font rire, d’un humour décapant, sur eux-mêmes, sur nous-mêmes. Telle est l’ambition de Vestiaires.VESTIAIRES est une série TV de 105 épisodes de 2 minutes chacun , qui propose une immersion dans le monde du handisport, sous forme de comédie satirique et décalée, et profondément humaniste.C’est aussi, pour tous ceux qui y participent, un travail passionnant à mener, à la fois sur le plan artistique et sur le plan simplement citoyen. Un travail qui nous rappelle qu’en plus d’être auteurs, interprètes, réalisateurs ou producteurs, nous sommes tous des êtres humains socialement responsables.

Le handicap fait peur. Peur pour nous, pour nos proches. Le handicap, c’est se retrouver en marge de notre société, ne plus pouvoir faire tout comme tout le monde. Être handicapé, c’est être différent.Avec Vestiaires, nous affirmons cette différence pour rire, faire rire et démontrer par là-même qu’être handicapé, c’est être comme tout le monde. Avec ses soucis, ses dénis, son humour, ses peurs, sa méchanceté, sa tendresse.Notre volonté est d’oser montrer le handicap pour le faire oublier au profit des humains qui le vivent. En nous faisant rire d’eux-mêmes, ils nous rendent familiers de leurs problèmes et nous montrent qu’ils sont des hommes comme nous tous, tout simplement.Enfin pas comme nous tous ! Car Adda Abdelli et Fabrice Chanut ont un talent particulier pour nous faire rire et nous toucher au coeur. C’est leur humour que nous proposons de retrouver d’épisodes en épisodes.

« Comment parler du handicap, aujourd’hui, à la télévision ?

Comment filmer le handicap ? Ne pas tomber dans le compassionnel, l’héroïsme ou l’exhibitionnisme ? L’absence d’image ou le trop d’images ? Les situations décrites dans nos épisodes visent principalement à ancrer le handicap dans le quotidien, en utilisant ce lieu unique qu’est le vestiaire handisport. Un lieu qui confronte au handicap, mais aussi qui reflète une communauté de points de vue et où rien ne se passe comme ailleurs !L’objectif de la série est de saisir le décalage dans les conversations, de souligner l’absurdité de certaines situations, qu’elles soient dues au handicap ou plus généralement à une autre vision de la vie. Notre référent visuel est bien là : la situation comique. II n’est pas question de rire du handicap, mais avec l’handicap. Il s’agit de capter l’étrange logique de nos personnages en saisissant clairement leurs traits d’humour ainsi que leurs comportements :…le décalag e : si, en béquilles, vous êtes fatigués de marcher, c’est parce que vous avez mal aux épaules !…la dérision : forcément, si votre main gauche ne peut pas attraper ce que tient votre main droite !…ou le recul : Comment faire autrement quand, amputé et prétentieux, on n’a qu’une seule cheville qui enfle ?Ces réguliers petits écarts face aux choses de tous les jours construisent un regard différent, un regard déformant qui se pose, du coup, sur toute une vie. Et donc à plus forte raison sur les vestiaires que partagent Orson et Romy !Le rire, quant à lui, n’est ni valide, ni handicapé. »Adda Abdelli et Fabrice Chanut, concepteurs et scénaristes

Vestiaire saison 3 : Adda Abdelli, Alexandre Philip, Anaïs Fabre, Luc Rodriguez
Vestiaire saison 3 : Adda Abdelli, Alexandre Philip, Anaïs Fabre, Luc Rodriguez © Pierre PLANCHENAULT / FTV - Allocine
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.