Fondation Maeght
Fondation Maeght © Jean-Luc Grzeskowiak / Christine Siméone

En 2014, la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence fêterson cinquantenaire. L'occasion de revenir sur un demi -siècle consacré à l'amour de l'art moderne, de retrouver l'histoire d'Aimé et Marguerite Maeght avec Miro et Calder et leur rêve d'accueillir les artistes dans un lieu propice à la création.

Pour commencer, une grande exposition est consacrée à l’architecture de Josep Lluís Sert, qui a conçu le bâtiment si particulier pour accueillir les artistes. Le projet de faire un village d'artistes n'est pas allé au bout, mais il reste aujourd'hui un lieu d'exposition et d'échanges. Le défi aujourd'hui pour la fondation est de s'inscrire dans la création contemporaine.

Olivier Kaeppelin, directeur de la fondation Maeght :

Nous avons choisi de rendre hommage à cet architecte novateur qui fut un grand créateur, à ses idées si justes, en faisant notamment découvrir ses travaux pour l’art ou les artistes, en commençant, bien sûr, par la Fondation Maeght . Ma conviction, partagée avec Adrien Maeght qui a vécu son édification, est que l’architecture de Sert y est pour beaucoup : lumineuse, ouverte, intemporelle, elle est un havre de paix et de vie pour les artistes et leurs œuvres. Les amateurs d’art y trouvent, entre ciel et nature, quelque chose d’unique. De cette alchimie si singulière, tant architecturale qu’artistique, qui fait depuis 50 ans le succès de la Fondation Maeght, nous chercherons dans cette exposition à révéler les secrets.

L'exposition retrace le projet de Sert à l’aide de plans et de maquettes, de films et d’images d’archives. Sa réalisation a mobilisé certains des plus grands artistes et écrivains des années 1960.

Reportage, Christine Siméone

Fondation Maeght 2
Fondation Maeght 2 © Jean-Luc Grzeskowiak / Christine Siméone

Tableaux et sculptures, extraits de correspondances avec Aimé Maeght et documents témoigneront de l’intensité des liens de Sert avec les artistes Jean Bazaine, Pierre Bonnard, Georges Braque, Marc Chagall, Eduardo Chillida, Alberto Giacometti, Julio González, Vassily Kandinsky, Fernand Léger, Henri Matisse, Joan Miró, Pablo Palazuelo, Pierre Tal Coat, Raoul Ubac, Bram Van Velde… et avec Le Corbusier.

Le cinquentenaire de la fondation Maeght - tout un programme

28 juin – 11 novembre 2014 -Face à l'oeuvre : «Oui mon cher Joan, nous réaliserons une œuvre unique au monde »

L’exposition d’été sera dédiée à la fois à des « chefs-d’œuvre » et à des œuvres plus singulières comme témoignage des choix visionnaires d’Aimé Maeght et son équipe. Une centaine d’œuvres rappelleront ce parcours. Les amoureux de la Fondation Maeght y retrouveront certaines des grandes œuvres qui ont marqué son histoire, mais il s’agira également de proposer des œuvres surprenantes, qui souligneront l’importance du courage, de la sensibilité et de l’esprit de découverte laissés en héritage à la Fondation.

29 novembre 2014 – mars 2015 -Tableaux pour un art sous toutes ses formes : musique, danse, arts visuels et écriture à la Fondation Maeght

Le troisième rendez-vous sera consacré au dialogue entre les arts visuels et les arts vivants, avec des expositions de formats divers où les œuvres d’artistes échangeront avec la musique, la danse ou encore la littérature. Rappelons que de 1965 à 1970, les « Nuits de la Fondation Maeght » accueillaient chaque été musique, danse, théâtre, poésie. C’est dans la Cour Giacometti ou dans les « structures gonflables » de Hans Walter Müller que se sont produits pour la première fois en France Merce Cunningham, Albert Ayler ou Terry Riley entre autres… Duke Ellington, en visite à la Fondation Maeght en 1966, y improvisa son célèbre Blues for Miró .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.