Un autre regard sur l’Art moderne !

La première salle du musée « l’œil du collectionneur » : sculptures de  Germaine Richier, toile d’Édouard Goerg, sculpture de Martine Martine et masques Chancay du Pérou
La première salle du musée « l’œil du collectionneur » : sculptures de Germaine Richier, toile d’Édouard Goerg, sculpture de Martine Martine et masques Chancay du Pérou © Fontevraud, le musée d’Art moderne Photo : Marc Domage

Le Musée d’Art moderne de Fontevraud vient enrichir de manière exceptionnelle la dimension patrimoniale et culturelle de Fontevraud, le plus ancien des centres culturels de rencontre, labellisé en 1976, soutenu par le ministère de la Culture, et lieu phare rayonnant sur la région des Pays de la Loire et bien au-delà du territoire.

Vitrine d’objets archéologiques et extra-occidentaux ; perspective sur  les premières salles du musée avec des toiles de Henri de Toulouse Lautrec et d’Eugène Carrière, des sculptures d’Edgar Degas.
Vitrine d’objets archéologiques et extra-occidentaux ; perspective sur les premières salles du musée avec des toiles de Henri de Toulouse Lautrec et d’Eugène Carrière, des sculptures d’Edgar Degas. / Fontevraud, le musée d’Art moderne Photo : Marc Domage

Ce nouveau musée d’art moderne vous propose non pas une présentation historique de l’art du XXe siècle mais suggère une compréhension intime de ce qu’est une collection : un rapprochement d’œuvres liées non par leur origine ou leur époque mais par des affinités formelles.

Tête de Gitane de Kees van Dongen, masque funéraire égyptien et  ensemble de jumeaux Yoruba
Tête de Gitane de Kees van Dongen, masque funéraire égyptien et ensemble de jumeaux Yoruba / : Fontevraud, le musée d’Art moderne Photo : Marc Domage

Pendant plus de soixante ans, Martine et Léon Cligman ont rassemblé des peintures, des dessins et des sculptures d’artistes des XIXe et XXe siècles, ainsi que des antiquités et des objets extra-européens (Afrique, Océanie, Asie, Amériques), constituant ainsi une collection riche et originale. Grâce à la donation d’une grande partie de la collection personnelle de ce couple épris d’art, près de 900 œuvres constituent le fonds du musée d’Art moderne de Fontevraud situé dans le bâtiment de la Fannerie au cœur de l’Abbaye Royale.

Salle « passion du collectionneur » : verres de Maurice Marinot et en  dialogue, des flacons antiques
Salle « passion du collectionneur » : verres de Maurice Marinot et en dialogue, des flacons antiques / Fontevraud, le musée d’Art moderne Photo : Marc Domage

La présentation d’une collection privée échappe par nature aux classements traditionnellement opérés à des fins encyclopédiques. Le parcours du musée n'est donc pas strictement chronologique mais, fondé sur des confrontations et des dialogues d’objets ; il permet de fréquents allers-retours entre les époques et les lieux géographiques. 

Dialogue d’objets, « Dialogue oriental » : Orant sumérien et  personnage marocain de Maurice Marinot, 1917
Dialogue d’objets, « Dialogue oriental » : Orant sumérien et personnage marocain de Maurice Marinot, 1917 / Fontevraud, le musée d’Art moderne Photo : Marc Domage

La salle d’introduction donne d’emblée les clefs du musée avec la présentation d’objets divers, des juxtapositions d’œuvres comme dans un intérieur privé. Il ne s’agit pas de reconstituer l’univers des collectionneurs mais de l’évoquer, pour inviter ensuite à un voyage de sensations, par la découverte d’œuvres de natures diverses, révélant une histoire du goût. 

Conversation entre un masque funéraire égyptien et un portrait  dessiné de Roger de La Fresnaye ; au fond, trois sculptures de César de  l’exposition Tête à tête, 1972
Conversation entre un masque funéraire égyptien et un portrait dessiné de Roger de La Fresnaye ; au fond, trois sculptures de César de l’exposition Tête à tête, 1972 / Fontevraud, le musée d’Art moderne Photo : Marc Domage

Les salles, rythmées par l’architecture marquée du bâtiment du XVIIIe siècle, se déroulent selon un fil conducteur lié aux caractères forts de la collection (intimités, modernité, réalismes, École de Paris, etc.), parfois interrompu par des salles estampillées « la passion du collectionneur », révélant les coups de cœurs de Martine et Léon Cligman.

Plusieurs temps forts sont prévus dans l’année, suivant la saisonnalité des événements organisés à l’Abbaye de Fontevraud : été, automne, printemps et Noël.

Tapisseries de Jean Lurçat et objets extra-occidentaux dans la salle  consacrée aux arts décoratifs
Tapisseries de Jean Lurçat et objets extra-occidentaux dans la salle consacrée aux arts décoratifs / : Fontevraud, le musée d’Art moderne Photo : Marc Domage

Les dispositifs scénographiques permettent de réunir des œuvres variées et favorisent une grande modularité, afin d’évoluer avec le temps et de refléter la richesse de la collection. La scénographie propose ainsi des possibilités d’association et de mises en regard multiples entre tableaux et sculptures de différentes natures.

Vue de la salle d’art graphique avec un ensemble de dessins de Van  Dongen, Emil Nolde, Suzanne Valadon ; au premier plan, une sculpture  romaine
Vue de la salle d’art graphique avec un ensemble de dessins de Van Dongen, Emil Nolde, Suzanne Valadon ; au premier plan, une sculpture romaine / : Fontevraud, le musée d’Art moderne Photo : Marc Domage

Fondée en 1101 aux confins des provinces du Poitou, de l’Anjou et de la Touraine, l’Abbaye Royale de Fontevraud est la plus vaste cité monastique héritée du Moyen Âge. Elle doit sa puissance aux Plantagenêt et à ses liens étroits avec Aliénor d’Aquitaine. Le gisant de celle qui fut reine de France puis d’Angleterre trône aujourd’hui encore au cœur de l’abbatiale aux côtés de ceux d’Henri II et de Richard Cœur de Lion.

Le Musée imaginaire : conversations entre des objets d’art d’Occident  et d’Extrême-Orient : un saint Roch vénitien (v. XVIe s.) et un  Bishamonten de l’époque Heian au Japon
Le Musée imaginaire : conversations entre des objets d’art d’Occident et d’Extrême-Orient : un saint Roch vénitien (v. XVIe s.) et un Bishamonten de l’époque Heian au Japon / Fontevraud, le musée d’Art moderne Photo : Marc Domage

L’appellation « Musée de France » témoigne de la reconnaissance du projet scientifique et culturel par le ministère de la Culture et signale aux futurs visiteurs l’intérêt de la collection du musée.