Le passage du XIXe au XXe siècle est une période de redécouverte du vocabulaire de l’épure, au travers des grandes expositions universelles qui présentent un nouveau répertoire de formes, dont la simplicité va captiver les artistes et révolutionner le projet moderne. Celles-ci introduisent, dans l’évolution de l’art moderne, à la fois une alternative à l’éloquence du corps, telle qu’elle fut développée par exemple par Auguste Rodin, de même que l’hypothèse d’un universalisme des formes.

À cette époque, les débats qui naissent en physique, mathématique, phénoménologie, biologie et esthétique ont des conséquences majeures sur la mécanique, l'industrie, l'architecture et l'art en général. En 1912, alors qu’il visite le Salon de la locomotion aérienne en compagnie de Constantin Brancusi et de Fernand Léger, Marcel Duchamp tombe en arrêt devant une hélice d’avion et s’exclame : « La peinture est morte. Qui pourra faire mieux que cette hélice ? »

Aujourd’hui encore, ces formes épurées, non géométriques, qui s’inscrivent dans l’espace comme dans une progression permanente, continuent d’exercer leur pouvoir d’attraction. Les artistes contemporains, minimalistes comme Ellsworth Kelly et Richard Serra, spiritualistes comme Anish Kapoor, métaphysiques comme Tony Smith, ou encore poétiques comme Ernesto Neto, renouvellent l’attention que leur portèrent les inventeurs de la modernité.

Présentée comme une exposition poétique qui explore du point de vue de la sensation l’apparition des formes simples dans les mondes de l’art, de la nature et des outils, ce projet est fondé historiquement par un regard analytique sur l’histoire du XXe siècle.

L’exposition lie des événements scientifiques et des découvertes techniques avec la naissance des formes modernes. Elle rapproche des sujets industriels, mécaniques, mathématiques, physiques, biologiques, phénoménologiques ou archéologiques avec des objets d’art et d’architecture, tout en confrontant ceux-ci à leurs ancêtres archaïques et à des objets naturels.

La Fondation d’entreprise Hermès est coproducteur et mécène de l’exposition Formes simples. Avec les savoir-faire pour fil rouge, la Fondation d’entreprise Hermès* s’intéresse à la créativité déployée par l’homme et par la nature pour façonner l’objet, l’outil, l’œuvre. La Fondation a développé ses propres programmes associant savoir-faire artisanaux, innovation et création contemporaine : expositions et résidences d’artistes pour les arts plastiques, New Settings pour les arts de la scène, Prix Emile Hermès pour le design, appels à projet pour la biodiversité. C’est pourquoi la Fondation a souhaité concevoir et produire avec le Centre Pompidou-Metz l’exposition Formes simples, offrant à un large public un éclairage nouveau sur l’objet dans son épure et sur l’énergie créatrice générée par son interaction avec l’homme.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.