La chanteuse France Gall est décédée dimanche matin à Paris. Des Yéyés à Berger, ses chansons rythment nos vies depuis 50 ans. Pour preuve le succès de la comédie musicale "Résiste" qui il y a deux ans a remis ses plus grands tubes sur le devant de la scène.

France Gall lors d'un passage télé dans Le Grand Journal en 2012
France Gall lors d'un passage télé dans Le Grand Journal en 2012 © AFP / FRANCOIS GUILLOT

Hospitalisée pour une infection sévère fin décembre, la chanteuse France Gall est décédée dimanche matin à Paris, selon sa chargée de communication, Geneviève Salama.

Âgée de 70 ans, France Gall avait été hospitalisée à Paris mercredi 27 décembre dans la soirée, suscitant l'émoi de médias et de ses fans, ce qui a poussé son équipe à la transparence : "Dans un souci de toute transparence et pour mettre fin à cette déferlante, France Gall tient à informer ses amis, son public et les médias qu'elle a en effet été hospitalisée pour raison d'infection sévère et qu'elle est actuellement soignée", dit Geneviève Salama dans un communiqué. 

"Cette annonce est dans le seul but que soit respectée sa vie à la mesure de sa discrétion et de sa pudeur", précise la chargée de communication dans le texte publié à la suite d'une information du magazine Ici Paris, reprise par d'autres médias. 

La voix de France Gall et ses chansons sont dans toutes les têtes et la chanteuse avait fait reparler d'elle en 2015 avec la comédie musicale "Résiste", reprenant les chansons du duo mythique qu'elle formait avec Michel Berger.

Je suis née quand j’ai rencontré Michel, un peu comme la Belle au bois dormant.

Et c'est vrai que la carrière de France Gall connait un second souffle au milieu des années 70 lorsqu'elle rencontre et épouse Michel Berger

Enfant de la balle

Son père, Robert Gall a écrit pour Piaf et Aznavour. Son grand-père maternel, Paul Berthier a cofondé les Petits Chanteurs à la Croix de Bois, l'un de ses oncles est compositeur et l'un de ses cousins a créé le centre de musique baroque de Versailles. C'est donc tout naturellement qu'elle pratique la musique et monte un petit orchestre avec ses frères jumeaux. 

Elle a tout juste 16 ans lorsque son père fait écouter l'un de ses enregistrement à un éditeur musical. Elle passe une audition et signe dans la foulée chez Philips. L'équipe artistique lui fait changer de prénom pour ne par interférer avec la grande vedette de l'époque Isabelle Aubret. Isabelle devient donc France. 

Ne sois pas si bête, sera son premier succès.

Son directeur artistique, Denis Bourgeois a alors une idée qui va s'avérer fructueuse. Faire travailler pour elle un autre de ses poulains dont la carrière piétine : Serge Gainsbourg

C’est quelqu’un que j’avais du plaisir à voir parce que je l’admirais et j’aimais ce qu’il écrivait. Et j’aimais bien sa timidité, son élégance et son éducation. C’était très agréable comme relation.

Alors que la plupart de ses collègues des années yéyé se contentent de chanter des adaptations de tubes anglo-saxons, France Gall est entourée de grands auteurs et compositeurs dont beaucoup d’œuvres s’inscrivent au patrimoine de la chanson populaire. Ce qui lui permet de créer un répertoire original.

Une interprète, déjà qu'elle n'écrit pas les paroles et la musique, si en plus elle pique les chansons des autres, si elle ne crée pas la chanson, cela n'a pas un grand intérêt

Un empereur, une poupée et des sucettes

L'apogée de cette première partie de sa carrière se situe entre 1965 et 1966 avec tout d'abord le succès "planétaire" de Sacré Charlemagne qui se vend à plus de 2 millions d'exemplaires en franchissant allègrement les frontières françaises. 

Puis, c'est l'Eurovision. Et malgré la petite polémique (très franco-française) qui naît parce que la chanteuse représente le Luxembourg et pas la France, sa popularité explose. Une société de gadgets fabrique, à la cadence de 15 000 exemplaires par jour, une poupée de vinyle à son effigie sous la forme d'un porte-clés.

Puis il y aura les sucettes, et le texte très explicite de Gainsbourg, qui fait scandale et signe la fin de la collaboration de la chanteuse avec son auteur. Et la fin également du succès pour France... pour un temps.

La rencontre

Après avoir entendu à la radio Attends-moi, France Gall souhaite rencontrer son interprète, pour, officiellement, lui demander son avis sur des chansons que son producteur veut lui faire enregistrer, mais en réalité avec l'espoir de le convaincre de travailler avec elle. Cela se fera, mais 6 mois plus tard. Fruit de cette première collaboration un album sobrement baptisé : France Gall, paru debut 1976.

C'est mon premier album ! C'est un truc énorme pour moi. C'est une manière d'effacer définitivement la France Gall des sixties : on est passé à autre chose.

Sur cet album, premier succès d'une longue liste : La déclaration d'amour

J'attendais tellement de cette première fois que quand il m'a joué la chanson au piano, j'ai été… comment dire… un peu déçue. Je rêvais d'une chanson rythmique, et me voilà avec une sensuelle déclaration. 

La scène

Sous l'impulsion de celui qui est devenu son mari, France Gall reprend goût à la scène. En 1978, elle monte de nouveau sur les planches, celles du théâtre des Champs-Élysées pour un spectacle intitulé Made in France. Une des originalités de ce spectacle est qu'il repose sur une formation exclusivement composée de femmes : à l'orchestre, aux chœurs et à la danse.  

En 1979, c'est un spectacle inédit auquel France participe dans le rôle de Cristal. L'opéra-rock Starmania est présenté pendant un mois au Palais des congrès de Paris.

En 1982, durant plusieurs semaines à guichets fermés, France Gall investit le Palais des sports de Paris pour présenter un spectacle novateur sans paillettes et sans strass, mais haut en couleurs et en musiques électriques. C'est Tout pour la musique, dont le public reprend en chœur deux titres devenus depuis des standards de la chanson française : Résiste et Il jouait du piano debout.  

Entre 1980 et 1985, elle est présente pendant 36 semaines au classement du Top album, avec ses albums Paris, France et Débranche ! ayant respectivement été n° 1 pendant 11 et 24 semaines.

Les années 1980 sont celles des grandes actions humanitaires. France Gall et Michel berger œuvrent notamment pour le Mali grâce à leur association Action Écoles. 

Lors d'un voyage en Afrique, Daniel Balavoine trouve la mort dans un accident d'hélicoptère le 14 janvier 1986. France Gall chante en 1987 l'émouvant Évidemment, écrit par Berger, en hommage à leur ami disparu. Ce titre figure sur l'album Babacar. Suit un nouveau spectacle qui, du Zénith de Paris, part en tournée dans toute la France.  

France Gall prend du recul et enregistre peu pendant les années qui suivent. Elle ne consent à reprendre le chemin des studios qu'à condition d'enregistrer un album avec Michel Berger. Ce Double Jeu surprend en 1992.  

Gall et Berger annoncent une série de concerts dans diverses salles parisiennes comme La Cigale et Bercy. Le projet est interrompu par le décès brutal de l'auteur-compositeur-interprète le 2 août 1992.  

Après le décès de sa fille, Pauline, atteinte de mucoviscidose, France Gall met fin à sa carrière de chanteuse en 1997. En 2000, les 12 et 15 août, elle fait deux apparitions sur la scène de l'Olympia, pour interpréter en duo avec Johnny Hallyday Quelque chose de Tennessee. C'est la dernière fois que France Gall a chanté sur scène.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.