Le bug n’a pas lieu, le Centre Pompidou rouvre ses portes, les 35h sont appliquées, Autant-Lara disparaît, Melrose Place s’arrête, Venus Beauté a le César, Dancer in The Dark la Palme d’Or, Les anges mineurs d'Antoine Volodine le Prix du Livre Inter et Marie Pierce remporte Roland-Garros.

Et pendant ce temps-là sur France Inter....

Cr du live au 104 de Santana 2000
Cr du live au 104 de Santana 2000 © C. Abramowitz

C'est avec Carlos Santana que l'année commence sur France Inter.

A l'automne, Bernard Chérèze et Jean-Luc Hees - alors respectivement Directeur de la Musique et Directeur de France Inter - ont l'idée folle d'ouvrir le studio 104 (un auditorium de près de 1 000 places, habituellement dévolu aux formations classiques de la Maison de Radio France) à des concerts rocks, gratuits et diffusés en direct sur l'antenne.

Quelques mois plus tard, c'est chose faite : un artiste - et pas le moindre - a donné son accord pour une prestation sans filet, à savoir un concert diffusé en direct sur l'antenne. Et un concert dont la sonorisation (à la fois la prise de son, le retour salle et le direct radio) est entièrement assurée parles équipes techniques de Radio France .

Le 29 janvier à 21h, Carlos Santana se produit sur scène, en public, en direct avec l'album "Supernatural " (BMG) et quelques standards.Pour l'occasion, le studio 104 a été entièrement redécoré : une bâche immense aux couleurs de l'album sert de fond de scène et masque le majestueux orgue d'Olivier Messiaen, qui donne son nom au studio 104 :

Studio 104 en 2000 pour Santana
Studio 104 en 2000 pour Santana © C. Abramowitz

Résumé du concert et réactions dans le public, diffusés le lendemain dans le journal présenté par Denis Astagneau :

Bern Fou du Roi rire
Bern Fou du Roi rire © Radio France

Un mois plus tard, en février, Jean Morzadec et Jean-Luc Hees (respectivement Directeur des programmes et Directeur de la station) "confient les clés d'une Porsche sans se soucier de savoir si il sait conduire " à Stéphane Bern. Proposer au spécialiste des têtes couronnées, qui officie sur TF1 avec "Sagas" et "Célébrités", une émission quotidienne sur France Inter, en remplacement de Rien à voir de Laurence Boccolini ? La réaction à France Inter ne se fait pas attendre :

Bern à 11 heures, pourquoi pas Ophélie Winter à midi __

Le jour de l'arrivée de Stéphane Bern, les couloirs sont parsemés d'un tract qui refait la grille d'Inter. Ce ne sera pas Ophélie Winter mais Michel Serrault qui essuie les plâtres de la première émission.Au début, Stéphane conserve les chroniqueurs qui officiaient déjà sur l'antenne : certains du temps de Laurent Ruquier (François Morel, Didier Porte, Guy Carlier) d'autres avec Laurence Boccolini (Calixte de Nigremont, Jérôme Duhamel. .). Au fil des 12 ans qu'a duré l'émission, il fera venir des chroniqueurs souvent peu connus du grand public et dont la notorité aujourd'hui n'est plus à faire : Daniel Morin, Stéphane Guillon, Thomas VDB, Sophia Aram... L'émission n'est pas seulement une troupe de bouffons (gérée à partir de 2005 par Gauderic Grauby-Vermeil qui a rejoint depuisLa Morinade de Daniel Morin) mais aussi des chroniqueurs (François Reynaert, Albert Algoud, Patrice Carmouze, Michèle Fitoussi, Thomas Hervé, Nicolas Rey.. .) et des artistes qui se produisent en live. Une programmation musicale assurée par Alexandre Dencausse puis, dès 2005, Marion Guilbaud .Et l'indispensable Richard Lornac au piano :

Lornac Fou Du Roi
Lornac Fou Du Roi © Christophe Abramowitz

Tu sais comment on rebouche une bouteille de champagne qu'on vient d'ouvrir ? Non ? Et bien, demande aux Italiens... La France du ballond rond retient son souffle. 2 ans avant, alors que personne ne s'y attendait, les Bleus d'Aimée Jacquet ont remporté la Coupe du Monde. Un doublé Coupe du Monde / Championnat d'Europe est-il possible ?Le 2 juillet 2000, dans le Feyenoord Stadium de Rotterdam ("plein comme un oeuf "), la France affronte l'Italie. Dans la cabine des commentaires : Jacques Vendroux, alors chef du service des sports de France Inter. Notre Monsieur Foot.Le match est serré. A la 55e minute, l’italien Marco Delvecchio marque le 1e but. La France égalise dans les dernières secondes du temps additionnel grâce à un but de Sylvain Wiltord.Prolongations.. Et soudain, Robert Pirès...

C'est magique. C'est exceptionnel.

(extrait du journal de 7h d'Alain Passerel )

En 2012, Jacques Vendroux expliquait - pour l'exposition "Radio, ouvrez grand vos oreilles" - comment commenter un match de foot :

Bernard Guetta
Bernard Guetta © Séverine Bastin

En septembre, le 7/9 alors présenté par Stéphane Paoli propose un nouveau rendez-vous juste après le journal de 8h : la chronique Géopolitiquede Bernard Guetta.

Prix Albert-Londres 1981, Bernard Guetta est spécialiste de géopolitique. Journaliste au Nouvel Observateur, puis au Monde, correspondant à Varsovie, Washington, Moscou... il signe aujourd'hui dans l'Express, la Repubblica et Libération.

Le 5 septembre, il pose la question :

A quoi sert l'ONU ?

En 2011-2012, Collin et Mauduit l'ont joyeusement taquiné le matin sur (entre autres) sa parenté avec David Guetta. Ils s'en sont "excusés" le 26 juin 2013.

Autre nouveauté de cette rentrée 2000 : les "Portraits sensibles" de Kriss , qui part à la rencontre de ceux qui sont célèbres "dans leur rue, dans leur ville ou dans le monde entier". Le titre dit tout : des portraits, sensibles, intimes, joyeux et vrais.Dans "La sagesse d'une femme de radio" (L'oeil neuf, 2005), Kriss évoquait cette belle aventure qui durera 4 ans :

Kriss 2004
Kriss 2004 © Radio France

Mes interlocuteurs n’avaient pas demandé à passer à la radio, ils n’avaient rien à vendre, juste une sensibilité à partager et pour qu’ils osent parler en confiance il fallait que j’entre dans leur monde. C’était de l’ordre de la circulation des fluides, une relation aquatique, boire les mots, s’immerger dans l’histoire, nager la même nage.

Intime toujours, avec le magazine de Zoé Varier "Ecoutez des anges passent " diffusé depuis la toute din 1999, en remplacement d'"Intemporel " de Michel Polac . Une émission pour laquelle elle recevra en 2004 le Prix Anima 4.Autour de Zoé, chaque vendredi à 20h, entrent en scène son réalisateur, Tristan Pantalacci,Violaine Ballet au montage et Hervé Riesen à la programmation musicale.Des sujets graves ou légers, parfois étonnants, émouvants et vrais tout le temps. Des reportages-portraits où, par sa présence, elle tire le meilleur de ceux qu’elle appelle ses "frères humains ".

Un journaliste, dit-elle, c’est un intermédiaire. Je ne fais pas d’interviews, mais des conversations. Il faut donner quelque chose de soi. (La Vie, nov 99)

En 2011, à l'occasion des 30 ans de la SCAM, elle répondait à la question "Pourquoi vous faites de la radio ?" :

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.