Dans les années 60 , les deux chaînes de télévision n’émettent pas encore toute la journée. Contrairement à la radio qui émet 24h / 24. De quoi parle-t-on le matin au marché, à l’école ou au bureau ? Des programmes radio de la veille.De 1965 à 1967, ce sont les « 400 coups » qui réussissent la prouesse d’organiser chaque soir à 20h30 une fête à l’extérieur des studios, en public. En 1967, en ouverture de l’émission et avant que Claude Chebel n’entre en scène, les choristes Lollipops interprètent sur scène "24h sur 24h on écoute la radio ".

24h sur 24, on écoute la radio. On est les premières à savoir, ce qu’il y a de nouveau

Divertissement … et service. Les **années 70** voient l’explosion de l’automobile : en 1977, 12% des ménages disposent d’une seconde voiture.France Inter avait largement anticipé cette mode en créant dès1952 (du temps de Paris-Inter) _« Inter route »_ qui accompagnait les automobilistes, service décentralisé en 1970 au Centre National d’Informations Routières de Rosny-sous-Bois.Un service ô combien d’actualité comme le souligne cette publicité qui date de 1975 : [](http://www.ina.fr/video/PUB3212625052/radio-france-france-inter-interoute-les-bouchons-video.html "http://www.ina.fr/video/PUB3212625052/radio-france-france-inter-interoute-les-bouchons-video.html") Toujours dans les années 70,**Anne Gaillard** anime avec impétuosité, fougue et franc-parler une émission de défense des consommateurs. En 1977, la jeune journaliste Anne Sinclair, qui fait les belles heures d’Europe 1, lui consacre un des numéros de _« L’homme en question »_ , magazine qu’elle présente sur FR3. > Anne la terreur, mère fouettard, lionne courageuse, furie, sacré bout de femme, Walkyrie, tornade blanche Dans les **années 80** , c’est _« L’Oreille en coin »_ le programme phrare de France Inter qui envahit le petit écran sous la forme d'un spot publicitaire.Le dimanche matin, c’est **Françoise Morasso** qui reçoit, de 1984 à 1990, public, humoristes et politiques… un cocktail qui séduit : > ceux qui ont l’humour entre les oreilles Dans les années 90, la télévision a durablement envahi les foyers français. France Inter multiplie les spots publicitaires qui montrent la diversité de ses programmes : humour avec _« [Rien à cirer](http://www.ina.fr/notice/voir/PUB3774419077) »_ , la culture avec _« [Synergie ](http://www.ina.fr/notice/voir/PUB3774453026)»_ et l’information.Information dont l’édition du soir, le 19h, est présentée par Patrice Bertin. Un ton, une voix, une écriture. > Inter Soir, le tour complet de l’actualité du jour La tranche phare de l’information en radio est, toutes radios confondues, la matinale.En **2006** , le 7/9 de France Inter change tout… ou presque. Nouvel horaire (_7h-9h30)_ et nouveau présentateur (**Nicolas Demorand** , qui animera la tranche jusqu’en juin 2010).Dans ce spot TV imaginé par l'agence LEG, inspiré du film de Georges Clooney "_Good night & good luck"_ , réalisé par Tristan Seguela : **Guy Carlier** (qui retrouvait la matinale de France Inter dont il avait fait les belles – et hilarantes – heures avec « sa lettre »), **Agnès Bonfillon** (qui présentait le journal de 7h30) et **Patrick Roger** (le journal de 8h) En mai **2010** , les 10 ans du « _Fou du roi_ » de **Stéphane Bern** font l’objet d’une semaine spéciale sur l’antenne de France Inter et d’une émission en 2e partie de soirée sur France 2.Tous les ingrédients de la radio – humoristes, imitateurs, invités, musique…. – réunis pour cette unique déclinaison télé, dont cette vidéo coulisse donne un aperçu :
Articles liés
Culture
Dans l'édition, le polar tient bon
20 octobre 2017
Culture
Initiales DD
19 octobre 2017
Culture
Les flibustières
19 octobre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.