Charlotte Blum est journaliste spécialisée sur les séries télévisées, pour la chaîne OCS (qui diffusera le premier épisode ce dimanche). Au micro de Charline Roux pour France Inter, elle donne quelques clefs sur "Game of Thrones" et la chaîne mythique qui l'a portée à l'écran, HBO.

Photo promotionnelle de "Game of Thrones" (ici lors de la saison 7 : Samwell Tarly et Vère en pleine recherches)
Photo promotionnelle de "Game of Thrones" (ici lors de la saison 7 : Samwell Tarly et Vère en pleine recherches) © HBO

Inter is coming ! Charlotte Blum, Charline Roux et des spécialistes décryptent Game of Thrones. Abonnez-vous dès maintenant au fil de podcast : sur Itunes ici ou via RSS là.

Pourquoi "Game of Thrones" ne pouvait exister que sur HBO ?

Charlotte Blum rappelle que pendant longtemps, le slogan d'HBO a été : 

It's not TV, it's HBO 

"Historiquement, HBO est la chaîne qui ose". La première série dramatique de cette chaîne, c'était Oz : diffusée de 1997 à 2003, elle mettait en scène des hommes en prison avec beaucoup de violence (à une époque où prédominaient les sitcoms comme Friends). On y voyait des gens avec les yeux crevés, crucifiés, aux membres brisés ou brûlés vifs… Comme un petit air de Game of Thrones…

Charlotte Blum ajoute : "HBO, c'est aussi la chaîne des Sopranos: la série des séries intelligentes, des énormes castes. C'est la chaîne qui a brisé, un peu, les codes de la série moderne. Aujourd'hui, il y a plein de plateformes vidéos et de chaînes, mais en tous cas à l'époque, et jusqu'à il y a encore dix ans, HBO était unique.

HBO est aussi la maison de la liberté narrative. Il y a du bien et du moins bien. La nudité, la vulgarité, la violence… ça passe.

Pour écrire Game of Thrones, on ne pouvait pas aller sur un network qui allait censurer sans cesse et arriver avec des personnages incestueux, des bébés égorgés, etc. : ce n'était pas possible

Et pour monter ce projet fou, HBO a fait appel à des showrunners sans expérience, et une équipe d'acteurs quasiment tous inconnus…

Les deux "showrunners", David Benioff et D. B. Weiss

Charlotte Blum revient aussi sur les deux showrunners de la série, , David Benioff et D. B. Weiss : 

Ils n'avaient rien fait avant de s'attaquer à ce projet surréaliste. 

"Tous les scénarios qu'ils ont écrits [avant] sont tombés à l'eau ; il ne s'est littéralement rien passé jusqu'à Game of Thrones. La raison pour laquelle ils ont chopé ce projet que tout le monde essayait d'avoir pour faire des films, c'est parce qu'ils ont été interrogés par l'auteur, George R. R. Martin, qui leur a posé une colle : "Qui est la mère de Jon Snow" ? Nous, on le sait depuis un an, mais eux l'avaient déjà compris il y a dix ans. Ils connaissaient la série et ont expliqué que ce récit méritait de la place : des saisons étalées dans le temps - et que non, ça n'allait pas être un film.

Il faut savoir qu'un réalisateur gère une équipe de 900 personnes (imaginez le bazar que c'est d'organiser cette série…)"

Des inconnus au casting

La série a fait le choix d'acteurs inconnus, à part quelques légendes anglaises comme Sean Bean : c'était la star du show… et il meurt à la fin de la saison un ! Charlotte Blum explique :

Le but était de faire croire aux gens que cette histoire existe, et la meilleure façon de le faire est de prendre des gens qu'on ne connait pas.

"Quand aujourd'hui on regarde la saison un, les acteurs sont des bébés ; aujourd’hui ils sont d'énormes stars. Est-ce que ça va tenir ? On verra, mais en tous cas, aujourd'hui, ce sont les visages les plus connus de la télé : Kit Harington / Jon Snow, Emilia Clarke / Daenerys Targaryen. 

Ce n'était personne et ce sont devenus les plus grandes stars planétaires.

Maisie Williams  (qui interprète Arya Stark) dans la saison 1 de "Game of Thrones". Exclamation de Charlotte Blum : "Mais elle avait quel âge ? sept ans ?"
Maisie Williams (qui interprète Arya Stark) dans la saison 1 de "Game of Thrones". Exclamation de Charlotte Blum : "Mais elle avait quel âge ? sept ans ?" / HBO

Aller plus loin

🎧 RENDEZ-VOUS | ce dimanche pour une nuit spéciale "GoT" sur France Inter, en compagnie de Frédérick Sigrist, d'humoristes, de journalistes, de philosophes, de blogueurs, d'auditeurs… Bref, une conversation de geeks complètement décomplexée !

🎧 ECOUTER | Inter is coming ! Charline Roux accompagnée de Charlotte Blum, journaliste série à OCS, convie des spécialistes pour analyser tout ce qui a fait le succès de cette saga

► Bande annonce de la saison 8 (à découvrir sur OCS à partir de dimanche 15 avril)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.