Gianmaria Testa à jazz in Ajaccio en 2012
Gianmaria Testa à jazz in Ajaccio en 2012 © MaxPPP/NICE MATIN/Jean-Pierre Belzit

Il avait tout du chef de gare amoureux d’une voyageuse imaginaire, ce chef de gare qui écrivait des vers sur les billets sans se soucier des horaires, oui ce chef de gare décrit par Art Mengo portait les traits de Gianmaria Testa, la belle moustache et les lunettes rondes en moins.

De ses allers retours entre le béton des quais et le plancher de la scène, il finira par se lasser. Lui qui se passionnait pour la trajectoire des montgolfières, veut dépasser cet horizon qui le jour se limite à ces tunnels dans lesquels disparaissent les trains. Le voyage accompagne sa vie et son œuvre, et tout naturellement le thème des migrants se calque sur musique, qu’elle soit jazz, bossa nova, ou tango.

Au début des années 90, il assiste impuissant à l’arrivée massive des albanais dans les pouilles et des africains en Calabre . Avec le temps, les flux ne vont jamais se tarir, entretenant la colère de l’artiste, une rage créatrice. Impuissant face aux vagues de réfugiés et l’absence de politique européenne, il ne pouvait rien faire d’autre qu’écrire et chanter.

Il trouvera en la personne de l’écrivain Erri de Luca un alter ego . Ensemble, ils vont tourner en Italie et en Europe avec ce spectacle, Don Quichotte et les invisibles, une conversation à deux derrière un verre de vin et des salles suspendues à leurs lèvres… Ils conversent, Erri récite des poèmes, Gianmaria l’accompagne de quelques accords feutrés avant de chanter à son tour.

Tous les deux portent les mêmes enthousiasmes et les mêmes colères, le même éclat dans les prunelles. Si Fabrizio de Andre est sans conteste le poète de Gênes, Gianmaria sera éternellement celui du Piémont et son sourire malin quand nous prenions un verre pour parler de cette actualité politique italienne déprimante était son antidote pour résister au cynisme ambiant.

Je garde des souvenirs inqualifiables de ces moments passés ensemble, un bouillon de sentiments, et je pense à Erri qui doit se sentir bien seul ce soir. Les yeux dans le ciel, nous ne regarderons plus jamais les montgolfières comme avant.

Gianmaria Testa avait été l'invité de "Tous des Européens" en direct de la Villa Médicis en novembre 2013, avec Erri de Luca

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.