Le mystère aura duré un quart de siècle… Il y a une dizaine de jours, le créateur du GIF, le format d’images animées, a levé le voile : « GIF » se prononce « JIF » ! Steve Wilhite, un peu lassé du débat sans fin entre geeks sur la prononciation de l’acronyme, a expliqué que le mot se prononçait avec un G doux, comme dans « blue jean » et non un G guttural comme dans « guidon ».

L’ingénieur de Compuserve, qui a créé le Graphics Interchange Format en 1987, était invité à la cérémonie des Webby Awards le 21 mai dernier pour recevoir un prix couronnant l’ensemble de sa carrière. En lieu et place d’un discours de remerciement, la phonétique du mot GIF s’est affichée sur écran géant en… GIF animé ! C’est donc [dʒif], et non [gif]. Dont acte.

Le GIF date des débuts de l’informatique grand public. A sa création, c’est un simple format d’image en couleurs : 256 nuances exactement. Mais c’est avec les débuts de l’ère Internet que le format prend son essor. Souvenez-vous : à cette époque, les connexions au Modem 56K sont lentes, très lentes : les images doivent être compressées au maximum pour pouvoir être ouvertes rapidement. Grâce à son mode entrelacé, le GIF s’affiche vite, très vite… plus vite qu’une image au format JPG en tous cas. De plus, et après quelques modifications, le format GIF permet de stocker plusieurs images dans un même fichier et de créer des boucles. Le format animé du Web est né, bien avant l’intégration de la vidéo ou des animations Flash.

C’est l’époque des bannières mouvantes, des Clip Arts et des illustrations clignotantes : des cœurs battants, des flammes rougeoyantes, des drapeaux américains en mouvement, des boîtes aux lettres bondissantes signalant la réception d’un message, des petits pelleteurs des sites « en construction » … Très vite, les sites web se parent de GIF animés, tous plus kitsch les uns que les autres, la palme revenant aux pages personnelles MySpace, qui rivalisent de bling-bling, aidés par le site de création Blingee.

Parmi les GIF animés les plus innovants et les plus populaires de cette époque, le bébé qui danse ou encore la licorne qui trotte. Pas vraiment de quoi fouetter un LOLcat…

Au début des années 2000, avec l’arrivée de YouTube et de la technologie d’animation Flash, le GIF tombe en désuétude. Pourquoi regarder une image qui tourne en boucle quand on peut profiter de la vidéo et d’une qualité d’image quasi parfaite ? Pourquoi se limiter quand des logiciels permettent de créer des animations toujours plus sophistiquées ? Le GIF animé est alors relégué aux smileys des messageries instantanées et aux avatars ringards des forums.

A partir de 2008, « netstalgie » aidant, le GIF animé est de retour. Les internautes de l’ère 2.0 redécouvrent le format et les mini-animations, si faciles à réaliser grâce à des logiciels intuitifs comme GickR, Cinemagram ou Gifboom, si simples à publier et à partager sur un blog ou un réseau social.

Les usines à GIF, comme Señor GIF, recensent des centaines de créations, tout comme GIFTV, la chaîne du GIF. Au même moment, le service de micro-blogging Tumblr explose et sur ses pages, les détournements d’extraits audiovisuels en GIF animés remplacent les smileys pour laisser un commentaire ironique (des exemples ici).

Le GIF ringard est aujourd’hui revenu en odeur de sainteté pour certains graphistes, qui lui consacrent des hommages en stop motion :

Il est aussi devenu une source d’inspiration pour les artistes, comme la chanteuse M.I.A., qui s’est prise au jeu de l’imagette animée :

Ou comme le photographe Jamie Beck et son Cinémagraph ou les auteurs du projet Ordinaryshow.

Certains imaginent mêmes les exploitations éditoriale futures du GIF animé.

Google ne s’y est pas trompé : depuis quelques semaines, son moteur de recherche permet la recherche de GIF animés. Preuve que le format créé par Steve Wilhite fait autant partie de la culture web que les LOLcats !

GIF animé, naissance d’un média :

<img src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2013/06/4602b058-d1a6-11e2-9f7b-782bcb6744eb/640_antibuzz.jpg" alt="lien image Antibuzz" width="639" height="150" />
lien image Antibuzz © Radio France

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.