La chorégraphe, plasticienne, metteure en scène, et marionnettiste était l'invitée d'Augustin Trapenard dans Boomerang. Pour sa carte blanche, elle a lu deux extraits de livre. L'un revient sur la construction des perceptions selon nos points de vue, et l'autre sur l'importance de la poésie.

Lynchage de Rodney King filmé par un vidéo amateur le 3 mars 1991
Lynchage de Rodney King filmé par un vidéo amateur le 3 mars 1991 © AFP / CBS

Des perceptions socialement construites

“La scène de lynchage de Rodney King (le 3 mars 1991 par des policiers de Los Angeles au terme d'une course poursuite) peut être décrite seconde par seconde grâce à la vidéo amateur enregistrée par un témoin, George Holliday, qui ce soir-là, depuis l’appartement qu’il occupe et qui donne sur l’autoroute, a capturé ce qui s’apparente à une archive du temps présent de la domination.”(…)

“Ce même film qui avait été vu publiquement comme l’évidence même de la brutalité policière a été exploité par eux pour suggérer au contraire que les policiers étaient “menacés” par Rodney King. Dans la salle d’audience, la vidéo, visionnée par les jurés et commentée par les avocats des forces de l’ordre, est regardée comme une scène de légitime défense témoignant de la “vulnérabilité” des policiers. Comment comprendre un tel écart interprétatif ? Comment les mêmes images peuvent-elles donner lieu à deux versions, deux victimes radicalement différentes selon que l’on soit juré blanc dans une salle d’audience ou un spectateur ordinaire?”(…) 

”Comment rendre compte de ce renversement du geste et de l’intention en termes de schématisation raciale du champs du visible ? (…) La possibilité d’un tel renversement ne pose-t-elle pas la question de savoir si ce qui est “vu” n’est pas toujours déjà en partie relatif à ce qu’une certaine épistémè raciste  produit comme visible ?” _“_C’est donc ce processus qu’il faut interroger, celui par lequel des perceptions sont socialement construites, produites par un corpus qui continue de contraindre tout acte de connaissance possible.”

“Se défendre, une philosophie de la défense” par Elsa Dorlin (ed. La Découverte).

La poésie n’est pas que rêve et vision

“Nous pouvons nous entraîner à respecter nos émotions et à les mettre en mots afin de les partager. Et là où la parole n’émerge pas encore, c’est notre poésie qui nous aide à la façonner. La poésie n’est pas que rêve et vision; elle est la colonne vertébrale de nos existences. Elle pose les fondations des changements futurs, elle jette un pont par-dessus notre peur de l’inconnu.”

La poésie n'est pas un luxe. Sister outsider, Essais et propos sur la poésie, l’érotisme, le racisme, le sexisme … par Audre Lorde (Editions Mamamélis)

Ecouter Gisèle Vienne : 

3 min

Ecouter Gisèle Vienne lire dans Boomerang

Par France Inter

ECOUTER | Boomerang avec Gisèle Vienne