Jacques Tardi poursuit le récit de la guerre vécue par son père dans la suite deMoi René Tardi prisonnier de guerre auStalagIIB chez Casterman. Riche, documenté et émouvant.

Couverture StalagIIB
Couverture StalagIIB © Casterman / Jacques Tardi

En plus des kilomètres avalés dans le froid et sous la neige, pas nourris ni lavés, les coups de crosse s’abattent régulièrement sur les échines et les reins des prisonniers… Suite du parcours du père de Jacques Tardi , engagé volontaire en 1937, prisonnier de guerre au fond de la Poméranie (aujourd’hui en Pologne, proche de la mer baltique) de 1940 à 1945. On suit le trajet du matricule 16402, depuis l’ouverture du camp (en janvier 1945) jusqu’à son arrivée à Valence où il retrouve sa femme, Zette. En colonne, par -30° c’est une multitude d’hommes encadrés par des « posten », qui va relier Hammerstein en Poméranie à Schwerin quelques dizaines de kilomètres à l’ouest après des détours , là où le 5 mai 1945, après un épisode de violence, les prisonniers vont se venger de leur gardien… À partir dujournal laissé par son père , le créateur d’Adèle Blanc-Sec reconstitue le voyage. Le dialogue, qui n’a pas eu lieu dans la réalité, entre René Tardi et son fils se poursuit. Jacques Tardi, enfant, intervient dans le récit pour corriger les erreurs de son père sur certains faits, ou pour apporter des précisions sur le contexte, sur des événements dont René ne pouvait être au courant au moment des faits… Tome 2 –Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au stalag IIB . Casterman►►► Jacques Tardi sera le 2 décembre dans Boomerang avec Augustin Trapenard►►► A SUIVRE I Jacques Tardi est retourné en Pologne sur les traces de son père René. Retrouvez le voyage ici ### Feuilletez quelques pages <iframe allowfullscreen="" allowtransparency="" frameborder="0" height="600" scrolling="no" src="//v.calameo.com/?bkcode=002473731a63d5e8a94e8" style="margin:0 auto;" width="639"> </iframe> ### Deux cases, une planche du tome 2 de StalagIIB avec Jacques Tardi :

Case milieu page 21 - StalagIIB Tome 2
Case milieu page 21 - StalagIIB Tome 2 © Casterman / Jacques Tardi

J’ai dessiné en 70mm comme on dirait au cinéma

(Page 21) J’ai mis des plans larges, parce que j’ai à caser un sacré paquet de gars qui avancent dans la neige, sous la pluie… Et puis comme ce n’est pas une histoire d’aventure, je n’ai pas besoin de rupture, de découper ou de montrer des détails. Jacques Tardi :

Case page34 - StalagIIB - Jacques Tardi
Case page34 - StalagIIB - Jacques Tardi © Casterman / Jacques Tardi

C’était nécessaire pour moi d’intervenir parce que parfois, il se trompe

(Page 34) J’ai lu les 4 cahiers d’écoliers que mon père avait écrit avec ses souvenirs de captivité. Je les ai laissé traîner sur une étagère. Après sa mort, je m’y suis remis. J’ai regretté de ne pas lui avoir posé de questions. C’était nécessaire pour moi d’intervenir parce que parfois, il se trompe. Ce gamin est indispensable ! Jacques Tardi :

page 92 - StalagIIB
page 92 - StalagIIB © Casterman / Jacques Tardi

> On prenait toujours des coups de crosse dans les reins (Page 92) Après 5 ans de captivité, et des mois de marche, on assiste à la pendaison par les prisonniers de 5 des plus salauds de leurs gardiens. Le gamin intervient : mais vous vous comportez comme les autres ! C’est aussi le moment d’apparition de la couleur dans le livre pour mieux souligner le dramatique de la situation. Jacques Tardi :

►►► ET AUSSI I Jacques Tardi est venu présenter le premier tome de StalagIIB à France Inter :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.