En 1988, Pierre Desproges disparaît. Il a 49 ans et des tas de projets. Notamment un nouveau spectacle. Ce sont ces textes, restés longtemps inédits, que nous (re)découvrons.

Pierre Desproges
Pierre Desproges © Maxppp / Bruno Couderc

"Pierre Desproges est mort d'un cancer. Étonnant, non ?"

Contrairement à ce que l'on croit, ce n'est pas Desproges qui a rédigé cette épitaphe, puisqu'il semble qu'il a ignoré sa maladie jusqu'au bout. Cette phrase qui rappelle celle par laquelle l'humoriste concluait La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède, on la doit à son réalisateur, Jean-Louis Fournier.
Dans un premier temps, Hélène Desproges aurait proposé "Pierre Desproges est mort d'un cancer sans l'assistance du professeur Schwartzenberg", mais se serait ravisée afin d'éviter d'éventuelles poursuites.

En 1988, Pierre Desproges est sur scène, en tournée avec Pierre Desproges se donne en spectacle créé en octobre 1986 au théâtre Grévin. Il travaille déjà à un nouveau spectacle, ainsi qu'à la publication d'un recueil de ses portraits qui aurait dû s'intituler J'les connais bien je leur ai touché la main.

Ces textes inédits furent publiés dans Textes de scène (Seuil, 1988) et dans Fonds de tiroir (Seuil, 1990)
En voici quelques uns, lus par Guillaume Gallienne et Dominique Valadié

Pour aller + loin

► (Ré)écouter Ça peut pas faire de mal consacré à Pierre Desproges
A table avec Pierre Desproges

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.