La poésie fracassante de Léon Gontran Damas tisse les fils onduleux, fleuves d’Amazonie et épiphytes, de cette exposition dédiée à la Guyane et à ses artistes. L’homme a marqué la Guyane d’une empreinte indélébile, présence tacite, tactile, illicite, éclatante ou en sourdine. Les artistes ont leur sang mêlé de toute la fureur de ne pas mourir. Le parti pris est de suivre les linéaments aléatoires des tendances actuelles en Guyane et de plonger dans leurs racines qui vont chercher, loin et profond, oxygène et nutriments. La mangrove est là et les artistes ont, pour avancer, l’obligation de se hisser. Rhizomes profonds, africains, amérindiens, bushinengé, américains et aussi européens et asiatiques, qui trament des palimpsestes imprévus.

L’entrée à l’exposition et aux activités de la Fondation Clément est gratuite.

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.