Un an après sa sortie sur PC et Mac, ce petit bijou du jeu de plateforme arrive sur console avec une version Switch. Avec toujours sous le bras sa direction artistique délicieuse, son univers sombre et onirique... et ses petites claques motivantes au joueur. Enchanteur et prenant.

Une aventure épique dans un monde souterrain joliment animé
Une aventure épique dans un monde souterrain joliment animé © Team Cherry

Hollow Knight fait partie de ces jeux dont on peut tomber amoureux dès le premier regard : visuellement, il a une vraie "patte", un charme fou, avec ses personnages esquissés en quelques traits fins, ses décors mêlant style gothique et éléments organiques insectoïdes (ça a l'air étrange, dit comme ça, mais on vous garantit que c'est du meilleur goût), et son ambiance qu'on croirait issue d'un rêve agité de Tim Burton.

Le "vide" du titre ("Hollow"), c'est ce sentiment diffus de solitude qui s'empare du joueur et de son petit personnage principal muet, le "chevalier" ("Knight"), tout juste arrivé dans le monde des insectes d'Hallownest. Un royaume qu'on devine autrefois prospère, mais dont il ne reste que des ruines et quelques habitants au mieux désabusés, au pire rendus fous et violents par un sombre mal. Ce qui s'est passé et ce qui devra se passer, c'est à vous qu'il appartient de le découvrir, au fil des indices dilapidés dans l'univers du jeu. Mais ce n'est pas le plus important, loin de là.

La petite bête qui descend

Car Hollow Knight est avant tout un jeu d'action et d'exploration, un monde dans lequel vous allez devoir vous perdre volontairement, modestement armé de votre petit épée (l'Aiguillon), dans la plus pure tradition des Metroid et Castlevania d'antan. Le jeu, d'ailleurs, ne vous facilite pas la tâche : il faudra fouiller et refouiller le sous-sol d'Hallownest, y croiser ou y affronter les étranges créatures qui l'habitent, récoltant patiemment des "Geo", la monnaie locale, pour débloquer de nouvelles compétences pour le héros. Y compris toutes celles concernant la cartographie des lieux, patiemment établie par le joueur à mesure qu'il progresse, avant de les consigner par écrit dès qu'il croise un banc (qui fait aussi office de point de sauvegarde).

Le jeu ne cesse donc de vous pousser à explorer, chaque fois un peu plus loin, chaque fois un peu plus profond, avec le risque croissant de faire une mauvaise rencontre qui peut tourner en quelques secondes à la débâcle. Les affrontements dans Hollow Knight sont parfois difficiles, d'autant que le seul moyen de récupérer de précieux points de vie sera d'utiliser les âmes des ennemis vaincus. Or le processus prend quelques secondes, ce qui implique de trouver un lieu sûr, ou de profiter d'un instant d'inattention de l'adversaire. Instant que certains n'ont aucune intention de vous offrir.

Challenges gratifiants à tous les étages

Frustrant, rageant, Hollow Knight peut parfois l'être, mais la fascination qu'il exerce suffit à vouloir recommencer, jusqu'à réussir à surmonter ses propres limites et un passage récalcitrant. La mort n'est d'ailleurs jamais une fin dans le jeu, puisqu'il offre la possibilité de retourner sur les lieux de son échec pour y affronter son propre "fantôme", et lui reprendre votre butin durement acquis et bêtement perdu.

Beau à tous les niveaux, bourré de surprenants instants de poésie et servi par une bande-son fabuleuse, Hollow Knight est un conte étrange et mélancolique à visiter de toute urgence si vous n'avez pas peur d'un défi un peu relevé. Les fans de "metroidvania" seront aux anges (il en est l'un des représentants du genre les plus réussis), les autres pourront s'y mettre dans des conditions tout à fait confortables : ce voyage au centre de la Terre mérite bien un peu de transpiration sur votre manette.

HOLLOW KNIGHT - Disponible sur PC, Mac, Linux et Switch

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.