"La La Land" est rempli d'hommages aux grandes comédies musicales hollywoodiennes et à l'univers de Jacques Demy. 50 ans plus tôt ce dernier faisait de même avec "Les Demoiselles"…

Catherine Deneuve et Françoise Dorléac
Catherine Deneuve et Françoise Dorléac © Getty

La comédie musicale américaine

Après avoir fait les beaux jours de Broadway, le genre s'est exporté à Hollywood à la fin des années 20, avec la naissance du cinéma parlant. Il existe deux grands types de "Musical" :

  • Le backstage, qui raconte les coulisses d'un spectacle.
  • Le musical du quotidien, qui met en scène la vraie vie.

Dans les deux cas, les chansons doivent s'intégrer au mieux dans le scénario et les dialogues, et la chorégraphie se couler dans le jeu des acteurs et les mouvements de caméra. Jacques Demy, avec Les Demoiselles de Rochefort ne choisit pas entre le backstage et le quotidien, mais puise allègrement dans les deux et ponctue son film d'hommages plus ou moins appuyés.

George Chakiris dans West Side Story
George Chakiris dans West Side Story © Getty

Le premier clin d’œil, c'est le choix des comédiens : George Chakiris, la révélation de West Side Story et Gene Kelly, LA star du Musical.

Le choix de Gene Kelly

Nous sommes en 1964. Jacques Demy et Michel Legrand sont tout auréolés du succès des Parapluies de Cherbourg, un film que le réalisateur a eu beaucoup de mal à monter, qui a finalement triomphé à Cannes, qui est un succès international et dont les chansons, composées par Michel Legrand, connaissent un grand succès.

Jacques Demy reçoit le Grand Prix du Festival de Cannes. Il est entouré de  Hiroshi Teshigahara, Prix spécial du Jury, Anouk Aimée et Saro Urzi, Grand prix d'interprétation masculine - 15 mai 1964
Jacques Demy reçoit le Grand Prix du Festival de Cannes. Il est entouré de Hiroshi Teshigahara, Prix spécial du Jury, Anouk Aimée et Saro Urzi, Grand prix d'interprétation masculine - 15 mai 1964 © AFP

Jacques Demy propose au compositeur de faire à nouveau un film musical : "Je rêve de faire une comédie musicale à l'américaine" lui confie-t-il. Ce à quoi Legrand répond :

Pour moi, Jacques, une comédie musicale à l'américaine, c'est une comédie musicale avec Gene Kelly.

Le comédien est à l'époque une superstar. Qu'importe. Les deux compères se rendent chez lui à Los Angeles... et il accepte. Seul petit problème, il a trois films à tourner avant.

Demy attendra donc !

Vous avez dit "clins d’œil" ?

Arrêtons-nous sur les plus "voyants"

Agnès Varda :

Tous ces hommages sont transcendés par l'univers de Jacques.

Jacques Demy et le chorégraphe du film, Norman Maen, laissent Gene Kelly régler lui-même ses chorégraphies et citer ses propres références.

Il y a donc les marins et les enfants :

La scène de référence pour les marins est dans Un jour à New York que l'acteur a lui même réalisé avec la complicité de Stanley Donnen, en 1949. Aux côtés de Gene Kelly, Franck Sinatra.

Et pour les enfants, il faut aller chercher dans Un américain à Paris réalisé par Vincente Minnelli en 1953 avec le fameux I Got Rhythm

Et puis il y a les robes rouges de La chanson d'un jour d'été qui provoquent cette réaction lapidaire de Solange / Françoise Dorléac :

Tu n'as pas peur qu'on fasse un peu pute ?

Les robes que portent Catherine Deneuve et Françoise Dorléac rappellent celles portées par Marilyn Monroe et Jane Russell dans la scène d'ouverture des Hommes préfèrent les blondes de Howard Hawks (1954) : Two Little Girls From Littlerock

Les observateurs auront remarqué que la fente ne dévoile pas la même jambe...

Qui chante quoi ?

Danielle Darrieux est la seule à chanter vraiment. Même Gene Kelly a été doublé. Mais pas parce qu'il ne savait pas chanter. Son fort accent américain rendait les textes de Demy incompréhensibles. Pour la cohérence, il a été doublé par un chanteur anglophone, Donald Burke.

Toujours dans un souci de réalisme, Jacques Demy et Michel Legrand ont procédé à de nombreuses auditions pour trouver des voix chantées semblables aux voix parlées des comédiens.

Ainsi, Anne Germain a été préférée à Danielle Licari, qui doublait pourtant Catherine Deneuve dans Les parapluies de Cherbourg. C'est à nouveau elle qui prêtera sa voix à Deneuve dans Peau d'âne.

Anne Germain s'est éteinte en septembre dernier, à l'âge de 81 ans. Grande voix du doublage, elle avait été, notamment, la voix de Duchesse dans LesAristochats ou de Mary Poppins.

Georges Blaness, double Michel Piccoli. Il le fera à nouveau dans Une chambre en ville en 1981.

Et enfin, Jacques Perrin est doublé par Jacques Revaux, futur compositeur de nombreux tubes de Michel Sardou et du mondialement connu Comme d'habitude.

En décembre 1990, Les Cahiers du cinéma consacrent leur N° 438 à Jacques Demy. Parmi les témoignages, celui de Paul Vecchiali, réalisateur et ami de Demy. Il se souvient d'avoir appelé Demy quelques jours après la première du film

"J'étais emmerdé parce que tout le monde disait : "Le film de Demy, c'est le bonheur." Moi, j'étais sorti presque en larmes et c'était pour lui dire que je trouvais son film bouleversant que je l'appelais.
Jacques m'a alors dit que dans la première version du film, Jacques Perrin était écrasé par les camions des forains. C'est cela le fond de l'œuvre de Jacques. La vitrine est étincelante, audacieuse par ses couleurs, mais dans l'arrière-boutique se cache un regard cru, tragique, sur la vie et sur les personnages
."

Pour aller + loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.