Une voix rocailleuse, reconnaissable dès les premières syllabes. Philosophe, scientifique, humaniste, fan de rugby et attaché à sa terre natale, Michel Serres a partagé ses mots, sa pensée et un peu plus via les ondes de France Inter.

Michel Serres
Michel Serres © Radio France / Anne Audigier

Né à Agen en 1930, philosophe, reconnu sur le plan international, Michel Serres se destinait pourtant à être scientifique, d'ailleurs il n'a jamais quitté l’épistémologie, ni la philosophie des sciences. Son premier ouvrage, qui l'avait fait reconnaître, était consacré à Leibnitz. Depuis il y en a eu plus de 150. 

Il avait gardé la passion des mots, la force de conviction, la croyance en l'éthique et aussi la croyance en l'amour de sa terre.

Parmi ses nombreux passages sur notre antenne que vous pouvez (ré)écouter à l'envie, en voici trois. Il y est question de corps, de téléphone portable et d'écologie.

C'était mieux avant

Dans l'Heure Bleue, Michel Serres était venu répondre aux nostalgiques de tous poils que "non", ce n'était pas mieux "avant". C'était la thèse qu'il développait dans C'était mieux avant (Le Pommier) en donnant des exemples, tantôt grave, tantôt souriant.

"Quand je pense à mon avant à moi, je peux vous assurer qu'on était gouverné rien que par des braves gens. Ils s'appelaient Franco, Mussolini, Hitler, Staline, Mao Zedong, Pol Pot, rien que des braves gens qui ont simplement fait quelques dizaines de millions de morts. Par rapport à ce que nous vivons aujourd'hui, il n'y a pas photo. Et je parle là du camp adverse d'une certaine manière. Mais si je parlais de mon camp à moi et des gens qui passent pour des héros. N'oubliez pas que Winston Churchill, par exemple, a diligenté sur Dresde qui était une ville qui n'avait aucune industrie, ni aucun apparat militaire un bombardement qui a fait 200 000 morts. Et le président des Etats-Unis a balancé sur Hiroshima et Nagasaki la bombe A qui fait encore des victimes aujourd'hui."

Donc c'était pas vraiment mieux avant.

Variation sur le corps

Cet autre ouvrage, le philosophe l'avait dédicacé à ses professeurs de gymnastique, à ses entraîneurs et à ses guides de haute montagne, parce que, estimait-il, ils lui avaient appris à penser.

Tout écrivain sait qu'il écrit avec les pieds

"Je veux dire par là qu'il faut d'abord marcher, ou sauter ou danser pour avoir en soi un rythme. Le corps est rythmé. Si vous marchez, vous rentrez dans le rythme et le rythme rentre dans le langage et d'une certaine manière c'est le corps qui commande.

Pour revenir au corps, considéré à partir de c'était mieux avant. Alors là c'est gigantesque. Aussi bien l'hygiène, aussi bien la sécurité, aussi bien l'environnement : tout a changé.

N'oubliez jamais que lorsque je suis né, l'espérance de vie était de 45 ans. Aujourd’hui, elle est de 80 ans. Mieux encore, quand je suis né, je crois qu'il y avait moins de deux milliards d'habitants sur la Terre. Aujourd'hui, il y en a 7 milliards et demi. Est-ce que vous connaissez une vie humaine au cours de laquelle l'humanité s'est multipliée deux fois par deux ? Je ne suis d'ailleurs exceptionnel qu'en cela. C'est à dire que pendant la période où j'ai vécu, l'humanité a changé de façon drastique. Et par conséquent : nouvelle naissance, nouvelle mort, nouveau corps et nouvelle humanité. 

Les choses ont changé, mais n'ont pas changé en plus mal. Evidemment les problèmes démographiques posent des questions très importantes, d'émigrations, etc..

En gros, je ne serai pas vivant aujourd'hui si nous étions 20 ou 30 ans avant

🎧 ÉCOUTER - L'heure bleue de Laure Adler : Michel Serres, l'humaniste

Un pacte avec la nature

A l'occasion de la sortie de la nouvelle édition de son ouvrage Le contrat naturel (Le Pommier) sorti 30 ans plus tôt, Michel Serres évoquait dans La Tête au Carré, la grande question de l'environnement, quelques jours après la démission de Nicolas Hulot en direct sur France Inter.

"Je crois que c'est l'économie qui est responsable. La politique est un peu moins responsable. D'ailleurs tous les partis écolo de la planète ont fait beaucoup d'actions depuis quelques temps, ont abouti à des décisions politiques et ces décisions politiques n'ont pas été suivies."

Mais pour le philosophe scientifique, le problème est global.

"Il m'est arrivé d’être dans des réunions concernant l'environnement, notamment au Conseil Constitutionnel. Il y avait des politiques, des philosophes, des sociologues, il n'y avait pas un scientifique. Il y a un problème, peut-être, de formation. Tous les décideurs n'ont que les sciences humaines comme formation. Alors la techno science ne suffit pas, mais la politique pure, ou le droit pur, ça ne suffit pas non plus.

Et de regretter que l'enseignement des Sciences et Vie de la Terre devienne optionnel au lycée.

"Les SVT devraient être les sciences leader. Il faudrait aussi bien les enseigner à Polytechnique qu'à l'ENA. Les SVT devraient aujourd'hui prendre la place des sciences qui ont le plus pollué, c'est à dire la physique et la chimie."

Il y a une guerre mondiale entre l'humanité et la nature aujourd'hui.

🎧 ÉCOUTER - La Tête au Carré de Mathieu Vidard - Hommage à Michel Serres

Une invention aussi révolutionnaire que celle de l'imprimerie

L'historien des sciences, membre de l’Académie française, avait anticipé les bouleversements liés aux nouvelles technologies, n'hésitant pas à comparer l'invention de l'ordinateur à celle de l'écriture, puis de l’imprimerie

Il n'y avait rien de plus intéressant aujourd’hui que la jeunesse, reconnaissait-il. Et il en avait fait le thème central de l'un de ses ouvrages, en la personne de Petite Poucette, clin d’œil à la vitesse avec laquelle les messages fusent des pouces de cette génération.

"Quand je vois Petite Poucette envoyer ses messages, elle me fait découvrir le sens profond du mot "maintenant". Quand on dit "maintenant" on pense qu'on parle des choses présentes, des choses qui sont devant nos yeux. En fait on dit "main" "tenant", tenant en main . Petite Poucette tenant en main son portable. 

Mais qu'est-ce qu'elle tient en main par rapport à ses ancêtres ? 

  1. Elle tient en main les lieux, par le GPS, même les lieux où elle n'est jamais allée

  2. Elle tient toutes les informations possibles par Wikipedia et autres moteurs de recherche,

  3. Elle tient en main n'importe qui, n'importe où. 

Et donc la devise de Petite Poucette c'est "Tenant en main le monde"

🎧 ÉCOUTER - Le Grand Entretien de François Busnel 

Aller + loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.