Au Japon, on s'amuse à surprendre des vedettes dans des rôles inédits. Les américains, par exemple vendent tout, même des pneus, comme Léonardo di Caprio qui vous regarde droit dans les yeux à l'entrée d'un garage. A chaque coin de rue, un distributeur automatique de boissons affiche le visage fermé de Tomy Lee Jones. L'acteur du dernier Tavernier vante une chaîne de cafés japonais, la marque "Boss". Plus chic et plus glamour, dans le métro de Tokyo, Elsa Zylberstein, visage plein cadre, offre son beau regard aux bijoux du joaillier Mauboussin.

image a vendre
image a vendre © RF / VJ

Heureusement les acteurs français présentent aussi leur savoir faire dans un lieu inattendu, la cinémathèque de Kyoto. Elle se trouve dans la nouvelle gare, l'une des plus grandes du Japon construite en 1997 par l'architecte Hiroshi Hara, une gare très contemporaine (acier, verre) avec un toit étonnant en damier (du haut des quinze étages, la vue sur la ville est splendide). Devant le cinéma, le visage de Catherine Deneuve resplendit, celui des "Demoiselles de Rochefort". Les paysans de Depardon se demandent ce qu'ils font là (on projette "la vie moderne"). François Bégaudeau et ses élèves se faufilent "entre les murs". Bref, jusqu'au 12 septembre, les japonais peuvent profiter de cet hommage au cinéma français dans ce tout petit cinéma, niché au coeur d'une immense architecture futuriste.

image a vendre
image a vendre © RF / VJ
image a vendre
image a vendre © RF / VJ
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.