Ils se nomment Cheyenne, Sioux, Blackfoot, Comanche ou Pawnee. Des noms de tribus ancrés dans notre imaginaire, véhiculés par les récits d’aventuriers et les westerns. Au-delà des stéréotypes, l’exposition offre, à travers une présentation d’oeuvres inédites, une plongée au coeur de la vie et des traditions de ces tribus dont les histoires, incarnées notamment au cinéma par Dustin Hoffman (Little Big Man), Kevin Costner (Danse avec les loups) ou encore Mathieu Amalric (Jimmy P.), ont passionné des générations.Dans une scénographie de Jean-Michel Wilmotte , les coiffes et parures de plumes, peaux de bison peintes, peintures et dessins, vêtements de haute valeur symbolique richement ornés d’épines de porc-épic et de perles de verre, objets cérémoniels et sculpturaux faits de pierre, de bois, d’andouillers et de coquillages illustrent toutes les traditions esthétiques des Indiens des Plaines du 16e au 20e siècle.

Chemise d'homme
Chemise d'homme © Buffalo Bill Center of the West, Cody, Wyoming, USA; Adolf Spohr Collection, Gift of Larry Sheerin

L’exposition est l’occasion d’aborder la vie quotidienne dans les réserves, la religion, le rôle des hommes et des femmes dans la société, l’impact des contacts avec les Européens puis les Américains ; mais aussi la relation avec la Nature de ces peuples indigènes qui occupaient les Grandes Plaines d’Amérique du Nord ; ce vaste territoire qui s’étend du bassin du Mississipi aux Rocheuses de l’Ouest, et du Rio Grande dans le Texas du sud à la branche supérieure de la rivière Saskatchewan, dans le centre de l’Alberta.

Il s’agit également de révéler, avec cet ensemble exceptionnel, le continuum de l’expression artistique des Plaines avec ses formes qui émergent, se poursuivent, évoluent, disparaissent puis renaissent sur fond de transformations culturelles incessantes, jusqu’aux créations contemporaines qui réinvestissent aujourd’hui l’iconographie des Indiens des Plaines.

Une scénographie immersive

Conçue par WILMOTTE & ASSOCIES S.A. sous la forme d’un parcours continu, la scénographie évoque ces lointaines contrées et les traditions esthétiques des Indiens des Plaines. Volontairement sobre et minimaliste, elle vise à souligner la richesse et la créativité d’un peuple et démontre, par la mise en lumière d’une tradition esthétique constante, l’existence d’une identité culturelle forte.De longs socles décollés du sol, évoquent par leur horizontalité, les paysages illimités des Grandes Plaines. Ces longs monolithes sont creusés, entaillés, façonnés pour s’adapter au mieux aux caractéristiques des oeuvres. Ils intègrent de larges vitrines qui présentent les capes en peaux de bisons ainsi que des coiffes et vêtements.

Fourreau de pipe
Fourreau de pipe © President and Fellows of Harvard College, Peabody Museum of Archaeology and Ethnology

À cet ensemble, s’ajoute dans certaines zones de l’exposition,un alignement de mâts enchevêtrés rappelant d’un côté les grandes forêts, de l’autre la structure des tipis indiens.

Autour de l’exposition

Cycle de cinéma - Une programmation proposée par Michel Ciment, critique et écrivain.Samedi 12/04/14 - dimanche 27/04/14 Le musée propose une rétrospective du cinéma américain retraçant l’évolution de la représentation de l’Indien plus complexe qu’il n’y parait. Figure centrale du western, l’Indien est tour à tour présenté de manière plutôt positive à l’époque du film muet, puis en guerrier sauvage peinturluré et sanguinaire (avec des films tels qu’Une aventure de Buffalo Bill, de Cecil B. DeMille (1936) et La Chevauchée fantastique (1939) de John Ford), ou en victime du racisme des blancs dans les années 50.À partir des années 70, avec le mouvement écologique et la guerre du Vietnam, les Indiens ne sont plus uniquement joués par des acteurs blancs ; des films comme Little big man d’Arthur Penn (1970) ou plus tard Danse avec les loups, de Kevin Costner (1990), s’attachent à représenter les tribus etleurs rites à l’écran.Ce cycle propose également de découvrir des films de réalisateurs amérindiens qui investissent depuis quelques années le champ du cinéma pour faire émerger une autre vision et d’autres images de leur propre histoire.

Robe de femme vers 1900
Robe de femme vers 1900 © National Museum of Natural History, Smithsonain Institute, Washington

Le Before

Vendredi 18/04/14, de 19h à 23h Le BEFORE, soirée festive destinée particulièrement aux 18/30 ans, propose une visite de l’exposition avec des conférenciers et invite ensuite à plonger dans un univers décalé, réinterprétépar des performances d’artistes, pour découvrir le musée du quai Branly autrement

Concert

A TRIBE CALLED RED (Canada) – Samedi 19/04/14, 19h Natifs d’Ottawa, les 3 DJs d’origine ojibwas de A Tribe Called Red – DJ Shub, DJ NDN et Bear Witness –, ont créé leur style, le pow wow-step : mélange de voix traditionnelles pow wow, de percussions et de musique électronique. Le trio est reconnu pour ses événements Electric Pow Wow à Ottawa, et intègre régulièrement à ses interventions des projections vidéos mettant en perspective, avec humour, les références et les clichés relatifs aux Amérindiens.Leur premier album en 2012 (A Tribe Called Red) a fait partie de la sélection des 10 meilleurs albums de l’année du Washington Post, et leur dernier album Nation II Nation a été nominé parmi les 10 meilleurs albums au Canada.Colloque international la tradition iconographique indienne - Mercredi 18/06/14 - jeudi 19/06/14 Ce colloque s’intéresse à la tradition iconographique indienne et à l’éclairage anthropologique sur le statut de l’image dans la transmission. Le traitement de ces images par les artistes contemporains est également abordé.

►►►I Découvrez aussi notre reportage : Les indiens à l'assaut du Quai Branly

Vacances de printemps

Samedi 19/04/14 - dimanche 28/04/14 Western, cowboys, pow-wow, dreamcatchers et danses avec les Sioux : cette semaine s’annonce comme un grand événement familial. À l’occasion de l’exposition INDIENS DES PLAINES qui retrace les traditions esthétiques des Indiens des Plaines d’Amérique, des activités festives et participatives convoquent l’imaginaire de toute la famille.

Bâton de danse à effigie de cheval
Bâton de danse à effigie de cheval © Courtesy of the South Dakota State Historical Society
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.