Logo Paris Inter
Logo Paris Inter © Radio France

Le 8 décembre 2013, on célébrera, les 50 ans de France Inter. Mais avant 1963, et la création de l’ORTF , une radio nationale généraliste existait déjà.

A la sortie de la guerre, fin 1946, les Américains rendent à l’État français un émetteur radio situé à Rueil-Malmaison :Paris Inter nait en 1947. Dirigée par Jean Vincent-Bréchignac, un journaliste formé à la radio pendant la seconde guerre mondiale à Alger, elle est diffusée au départ sur ondes moyennes et seule une partie du territoire est couverte.

Le programme est surtout musical, le jazz y tient une place de choix. Quelques émissions de programme cependant existent. Elles proviennent du « Club d’essai », un laboratoire radio où Michel Polac, Francois Billetdoux, Jean Chouquet, Pierre Desgraupes livrent des prototypes d’émission comme Le masque et la plume.

En 1949, à la création de laRTF (Radio Télévision Française) Paris Inter devient l’une chaines de ce pôle audiovisuel doté d’un budget autonome, et se développe en inaugurant des fréquences en province. Il faut attendre 1952 pour qu’elle soit audible sur tout le territoire. Elle devient France I - Paris Inter en 1957

La musique au programme

Qu’entend-t-on sur l’ancêtre de France Inter ? Beaucoup de musique, c’est sa mission première.

Tous les jours à 10h15, l’émission "Les grands musiciens ", l’ancêtre de notre "Carrefour de Lodéon " actuel, est consacrée à la musique classique. Le comte Witold Jedlinski qui a eu la vie sauve dans les camps grâce à sa connaissance de la musique, présente les œuvres de compositeurs célèbres.

"Le petit conservatoire de la chanson de Mireille" se consacre «au perfectionnement des jeunes auteurs, compositeurs et interprètes de la chanson… ». Créé en 1955, parrainée par Jean Cocteau, l’émission révèlera Françoise Hardy, Yves Dutheil, Alice Dona :

La musique de "variétés" n'est pas absente de l'antenne. Chaque samedi à 21h, Jean Bardin et Bernard Hubrenne reçoivent des "vedettes" dans "La bride sur le cou" , une émission créée à la demande de la directrice Agathe Mella. Ils reçoivent Boris Vian, Edith Piaf, Maurice Chevalier...

"Discoparade" de Jean Fontaine déchaine les spectateurs de l'Alhambra. En direct sur scène l'orchestre d'Andre Popp (ou de Jacques Lesage) avec ses 42 musiciens accompagne les artistes. Ici, Edith Piaf présente elle-même Charles Dumont, son parolier, puis ils chantent ensemble Les amants :

L’histoire tient une part importante dans les programmes. "La tribune de l’Histoire", nait en 1951 de la rencontre entre deux passionnés : André Rousselot et Alain Decaux. Des témoignages et des analyses d'historiens reviennent sur des faits historiques anciens ou contemporains. Très populaire, l’émission hebdomadaire dure jusqu’en 1997. Son générique est extrait de l'ouverture de l'opera de Weber Le Freischutz.

Plus surprenant pour l’auditeur d’aujourd’hui, on trouve dans les programmes de multiples rendez-vous pour la jeunesse, comme le fameux “Appel scout” où le jeune Roland Dhordain fait ses débuts. Le même Roland Dhordain produit, “La république des jeunes” réalisée par des adolescents et jeunes adultes. La première partie de l’émission est un entretien avec une vedette (Louison Bobet ) suivi d’un débat, pour la première) suivi d’un débat.

__

Autre surprise pour nos oreilles, la place de la poésie à l’antenne. Plusieurs émissions ("poètes à vos luths", le "bureau de la poésie", "chansons d'écrivains") lui sont consacrées. Il faut dire que le directeur des programmes, Paul Gilson, est lui même grand amateur. Dans"Prenez garde à la poésie" , Louis de Funes lit Henri Michaux, et Jacques Prévert, ses oeuvres.

En 1959, Roland Dhordain, toujours lui, crée le "radio guidage" avec ses émissions destinées aux automobilistes et aux routiers, "Route de nuit et Route en direct" rendu possible avec l'invention du poste transportable.

_ target="_blank" href="#"> Lecture

Présenté par Denise Alberti, le ton y est parfois sentencieux:

target="_blank" href="#"> Lecture _ Mais toutes ces émissions, malgré leur qualité ne peuvent rivaliser avec la concurrence d’Europe N°1 et Radio Luxembourg.

Toujours en 1959, un groupe de jeunes (Jean Bardin, Bernard Hubrenne, Jean Garetto, Pierre Codou, et... Roland Dhordain) est chargé par Agathe Mella, directrice de réflechir à une refonte des programmes de l’antenne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.