Atypique, flamboyant, lyrique, imprévisible, poétique.... Mais surtout libre. 50 ans durant, il a traversé notre paysage discographique du rock, au folk en passant par l’expérimental ou la chanson...

Jacques Higelin
Jacques Higelin © Maxppp / Yves Nicolas

► RADIO VINYLE | Higelin dans la discothèque de Radio France Une jeunesse jalonnée de rencontres 

Il a à peine 14 ans lorsqu'il auditionne au Théâtre des Trois Baudets devant Jacques Canetti. Mais Jacques Canetti ne veut pas faire travailler des enfants, il lui donne donc rendez-vous...  "dans 10 ans".  

Sans renoncer à la chanson (il joue dans une comédie musicale avec Sydney Bechet), Jacques Higelin s'inscrit au Cours Simon. 

En 1959, il tourne dans Le bonheur est pour demain d'Henri Fabiani. Sur ce tournage, il va faire une rencontre déterminante avec le guitariste Henri Crolla. Proche de Prévert et Mouloudji, accompagnateur ami d'Yves Montand, le musicien l'encourage à s'exprimer par la chanson. Jacques Higelin habite plusieurs mois chez les Crolla, devenus sa seconde famille. Crolla lui apprend à bien jouer de la guitare.  

Durant une dizaine d'année, c'est le cinéma et le théâtre qui vont l'accaparer. il tourne dans plusieurs films (dont Bébert et l'Omnibus d'Yves Robert, 1963) ou dans des épisodes de feuilletons télés.  

En 1964, il retrouve Jacques Canetti. Celui-ci travaille sur une anthologie discographique de Boris Vian et demande à Higelin d'en enregistrer 7. Il lui confie même un texte de Vian que Jacques Higelin mettra en musique : Je Rêve.  

1966, les vrais débuts

C'est en 1966 que Jacques Higelin enregistre ses premières chansons. C'est aussi à cette époque qu'il enregistre ses premiers duos avec Brigitte Fontaine. (Cet enfant que je t'avais fait, La Grippe, On est là pour ça) Il travaille à l'époque avec  Rufus, Areski Belkacem qu'il présente à Fontaine, puis Elisabeth Wiener. 

Remarqué par la critique, il apparaît comme un des expérimentateurs de la chanson autour de mai 1968.  

1975, le virage rock

Le virage "rock" s'opère en 1975 avec les albums BBH 75 et Irradié, auquel participe Louis Bertignac, futur guitariste de Téléphone. Il va devenir rapidement l'un des artistes les plus populaires de la scène française, grâce au double album Champagne et Caviar et à ses concerts, sortes de grand messe ou il communie littéralement avec le public. Son talent d'improvisateur et son énergie poétique lui donnent une relation particulière avec les spectateurs.  

Son œuvre expérimentale, marquée par Boris Vian, le jazz rive gauche d'abord, évolue ensuite vers une vision où alternent ballades graves et délires surréalistes vigoureux.

Il fait partie des artistes de gauche qui, comme Barbara, Renaud ou Maxime le Forestier, s'investissent dans les pétitions diverses ou les concerts humanitaires. 

Il soutient François Mitterrand en 1988. La même année, il participe à l'hommage rendu à Léo Ferré à La Rochelle, où il reprend Jolie môme.  

La Rochelle. Les Francofolies. Jean-Louis Foulquier. Proche du fondateur du festival, Higelin avait répondu présent dès la première édition, en 1985.

Puis il était revenu régulièrement investir la grande scène du St Jean d'Acre, notamment en 2010.

Les années 90 sont plus en demi-teinte. Toujours présent sur scène, avec la crise du disque, il éprouve des difficultés à être produit.  

En 2003, il participe à l'album hommage consacré à Ferré, sorti pour les dix ans de sa disparition : c'est encore Jolie Môme qu'il choisit, mais cette fois avec une approche plus intimiste. 

Puis, comme une envie de retourner à l'essentiel, de retourner à celui qui a fait son identité musicale, le poète globe-trotter pose ses valises et sort un album hommage à Charles Trenet.

Une chanson, c'est populaire. Il faut toucher l'émotion pure et on ne l'atteint jamais par la force ni la démonstration, mais par l'abandon de soi, la confiance, l'approfondissement, en se laissant envahir, en cherchant à l'intérieur. 

Avec le spectacle Higelin enchante Trenet, il sillonne les routes de France pendant un an.  

Quatre albums sont sortis ces dix dernieres années. Le dernier célébrait ses 75 ans et ses 50 ans de carrière.

En 2010, Jacques Higelin était l'invité de François Busnel dans Le grand entretien. Le chanteur avait été très ému lorsque François lui avait fait écouter la voix de sa fille Izia :

1'15

Jacques Higelin ému dans le Grand entretien

Par France Inter

💜💜💜 forever

A post shared by @ iziamusic on

Aller plus loin

(Ré)écoutez Jacques Higelin sur France Inter : 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.