Ce vendredi, le gratin francophone de la musique se retrouvait au Zénith de Paris pour les 32es Victoires de la Musique. France Inter vous fait le récap'.

Le décor des Victoires de la Musique en 2017, quasi-inchangé depuis deux ans
Le décor des Victoires de la Musique en 2017, quasi-inchangé depuis deux ans © Radio France / Julien Baldacchino

Ceux qui ont gagné une Victoire

Jain, la reine : l’an dernier elle était nommée dans la catégorie “album révélation”. Repartie sans trophée, elle avait marqué les mémoires avec une prestation spectaculaire sur son tube “Come”. Cette année, la jeune Toulousaine a remis ça, sur la chanson “Makeba”. Avec un petit quelque chose en plus : deux Victoires de la Musique dans sa besace dont celle de l’artiste féminine de l’année, ainsi que celle du vidéoclip de l’année.

Radio Elvis poursuit sa Conquête : Vous les avez découverts sur France Inter, ils sont désormais consacrés par la profession. Quatre ans à peine après leur formation, les trois jeunes Parisiens viennent de gagner leurs lettres de noblesse avec cette victoire de l’album révélation de l’année, après une épatante prestation aux côtés d’une chorale gospel.

Une quatrième pour Benjamin Biolay : à ce niveau-là, le terme exact est “peser dans le game”. Benjamin Biolay a décroché sa quatrième Victoire de la Musique, celle du meilleur album de chansons pour “Palermo Hollywood”. Il rejoint le club des “quatre étoiles”, aux côtés de Francis Cabrel, Michel Sardou ou MC Solaar.

Vianney transforme l’essai : le jeune chanteur a remporté une deuxième Victoire prestigieuse cette année, celle de la chanson originale de l’année, après le trophée de l’artiste masculin en 2016.

Kungs, l’autre révélation : Il y a un an, qui connaissait le nom de Valentin Brunel ? Personne. Aujourd’hui non plus…. mais tout le monde connait le pseudonyme sous lequel ce jeune musicien électro, âgé de 20 ans à peine, officie : Kungs. Un an à peine après la sortie (sur le web) de son premier tube "This Girl", il dame le pion à deux grands noms, Justice et Jean-Michel Jarre, et empoche la Victoire pour l’album “Layers” sorti en novembre. Retenez son nom, on ne sait jamais. Kungs. Ca pourrait servir dans les dix prochaines années.

Calypso Rose met l’ambiance et le public debout : C’est la doyenne des nommés de ces Victoires qui a le plus “ambiancé” le public du Zénith. A 76 ans, la Trinidadienne, lauréate de la Victoire de l’album de Musiques du monde, a enflammé la soirée avec deux chansons… et même plus : après que tout le public s’est levé pour danser sur sa chanson, l’animateur Thomas Thouroude lui a demandé - fait rarissime aux Victoires - de bisser en reprenant le dernier titre.

Retour gagnant pour Louise Attaque : le trio toulousain, qui n’avait pas sorti un seul album en huit ans, a bien réussi son retour avec l’album "Anomalie", produit par le jeune Britannique Olivier Som, avec un son renouvelé et de nouvelles chansons. Il est élu album rock de l’année ce vendredi.

Renaud, la renaissance du Phénix : absent ce vendredi soir, le chanteur qui a fait son grand retour l’an dernier a remporté sa sixième victoire de la musique, en tant qu’artiste interprète masculin de l’année. Il se hausse aux côtés de Jean-Jacques Goldman au rang du club des artistes qui cumulent six Victoires.

Première victoire pour Jul : le rappeur à la voix auto-tunée et au signe de ralliement bien connu (les deux mains collées pour former le mot JUL avec les doigts) a décroché la victoire du meilleur album de musiques urbaines pour My World, devant Kool Shen et Georgio.

Ibrahim Maalouf toujours monumental : seul artiste à avoir été primé dans les Victoires de la musique et celles du jazz à la fois, Ibrahim Maalouf obtient sa deuxième Victoire pour sa tournée “Red and black light”. Et il a su montrer son talent avec une prestation à plus de cinq mille voix, réalisant sa performance avec une chorale de 100 enfants d’un côté et la participation du public de l’autre.

Lucie, Elisa et Juliette, une victoire pour L.E.J. : les trois musiciennes et chanteuses qui ont connu le succès grâce à leurs medleys sur Internet ont décroché ce vendredi soir leur première victoire. Anciennes de la maîtrise de Radio France, elles doivent bientôt sortir leur premier album.

Ceux qui n’ont pas eu de trophée (mais qui ont quand même gagné leur soirée)

Amir, l’après-Eurovision lui réussit : rarement ces dernières années un artiste candidat à l’Eurovision aura eu un tel succès après sa prestation au concours européen. Cette année, c’est Amir qui a ouvert la cérémonie.

Vous l’avez aimé en version électro-pop à l’Eurovision, l’an dernier ? Vous allez l’adorer dans cette version symphonique, accompagnée par le grand orchestre de Paul Rouger. Et même si la mouture originale de "J’ai cherché" ne vous avait pas parlé, cette version-là pourrait bien vous séduire !

L’engagement des artistes : en pleine affaire Théo, à quelques semaines de la présidentielle, les artistes ont été nombreux à s’emparer de ces questions et à mettre leur engagement en avant. Au milieu de sa prestation, Imany a pris sa parole, appelant les artistes à être engagés et lançant notamment “Justice pour Théo”, dans une chanson qu’elle a fini le poing levé. Plus tôt, c’était le réalisateur du clip de Jain, XX, qui avait lancé “On n’est pas des bamboulas, on est tous des Théo, on croit en la justice”.

Le duo Thomas Thouroude - Bruno Guillon : Nouveau duo d’animateurs de ces Victoires, Thomas Thouroude et Bruno Guillon ont donné un coup de frais à l’animation de la cérémonie. Bisou pour lancer les festivités, petites blagues, et surtout un sketch d’introduction hilarant, concocté avec la participation des artistes, de Jain à Vincent Delerm.

Les révélations scène de l’année : En plus de LEJ qui a gagné le trophée, deux autres artistes se disputaient la récompense : le groupe Minuit et le chanteur Broken Back. Dans des genres différents, ces trois candidats - qui ont tous chanté sur scène - ont placé une sélection de grande qualité, gagnants ou pas.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.