Jean Rolin est le seul professeur de géopolitique que je sois capable de comprendre. Il ouvre une fenêtre dans une chambre d'hôtel et tout s'éclaire. Un prof de géopolitique capable d'expliquer le monde en regardant le paysage, pas mal non? Jean Rolin, journaliste, reporter, décrypte le monde avec ses semelles, ses yeux, son nez, et on est plus savoureusement intelligent. Donc "Ormuz " (POL) nous renseigne sur le détroit du même nom, et les pays qui bordent le Golfe Persique, Iran, Irak, Koweït, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Barheïn. Son narrateur a une mission : reporter fidèlement l'expérience d'un certain Wax, qui a l'extravagante idée de traverser le détroit à la nage. Quarante kilomètres au milieu d'un ballet potentiellement explosif de navires de guerre, sous-marins espions et autres escadrilles aériennes . La traversée est évidemment impossible.

Jean Rolin
Jean Rolin © Editions POL

En revanche les observations de ce narrateur, double de Jean Rolin, sont pleines de finesse. Il traque la couleur des revêtements de route pour accuser un changement de pays, examine le ciel, les oiseaux, les passagers dans un bus, pour dire et décrire.

Son Wax, est un personnage tout à fait étrange, fréquentant des hôtels miteux, étudiant soigneusement le terrain avant de se jeter à l'eau.

Le tout est émaillé de remarques qui donnent au roman sa dose d'absurdité, (Ahmadinejad ressemble à Robert de Niro quand il porte des lunettes).

Jean Rolin, avec Sonia Devillers, dans le Grand Bain, sur France Inter

Jean Rolin, Ormuz, POL, parution le 22 août

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.