LoveKoons
LoveKoons ©

#LoveKoons du 6 au 14 février

Faites un selfie dans l'exposition avec le "Hanging heart" de jeff Koons.

Postez-le sur Instagram et Twitter avec le hashtag #LoveKoons.Si votre photo est la plus "likée", vous gagnerez le catalogue de l'exposition dédicacée par Jeff Koons

►►► ECOUTER | Jeff Koons invité de Pascale Clark dans A'live ►►► QUIZZ | Quel Jeff Koons êtes-vous ?

Le Centre Pompidou présente la première rétrospective complète consacrée à Jeff Koons en Europe. Cette exposition permet de prendre toute la mesure d’une œuvre qui aura marqué depuis 35 ans le paysage artistique et culturel contemporain.

Balloon Dog (Magenta), 1994 - 2000, Acier inoxydable au poli miroir, vernis transparent, Photo : Santi Caleca Pinault collection
Balloon Dog (Magenta), 1994 - 2000, Acier inoxydable au poli miroir, vernis transparent, Photo : Santi Caleca Pinault collection © Jeff Koons
L'exposition présente une centaine de sculptures et peintures de Jeff Koons qui traversent les différents cycles du travail de l’artiste. Vous en connaissez probablement quelques-unes, comme « **Rabbit** » (1986) ou « **Balloon Dog** » (1994-2000). L'exposition propose au spectateur de redécouvrir l'oeuvre de ce grand artiste, avec un regard nouveau, débarassé de préjugés. ### Présentation de l'exposition à Beaubourg Construite sur un mode historique et chronologique, la rétrospective met en évidence les différents cycles du travail de l’artiste. Fragiles jusqu’au dérisoire, les premiers « Inflatables » ont cédé le pas à des assemblages cherchant une synthèse entre **Pop art** et **Minimalisme** , comme ceux de la série « The New ». Avec les séries suivantes, Koons jette son dévolu sur l’**iconographie de la culture de masse** , porteuse du rêve américain et de ses fantasmes. Ainsi, la série « Luxury and Degradation » (1986) duplique les stratégies publicitaires déployées par les grandes marques, tandis que « Banality » (1988) fait la part belle à une **imagerie populaire** , mêlant rêves enfantins et suggestions érotiques à différents « hits » de l’histoire de l’art.
Moses, 1985, Affiche Nike encadrée Photo : Douglas M. Parker Studios, Los Angeles, The Sonnabend Collection et Le Sonnabend Esta
Moses, 1985, Affiche Nike encadrée Photo : Douglas M. Parker Studios, Los Angeles, The Sonnabend Collection et Le Sonnabend Esta © Jeff Koons
Koons revendique alors la réalisation d’artefacts **glorifiant le goût des classes moyennes américaines** , dont il se présente inlassablement comme le porte-parole. Subversive et scandaleuse, « Made in Heaven » (1989-1991) brouille la frontière entre Koons et son personnage à travers des mises en scène résolument **pornographiques** , offrant à l’artiste et à son égérie matière à de multiples représentations. Koons devient alors « l’enchanteur pourrissant » d’une société où se mêlent confusément **rêve et illusion, idéaux collectifs et violence** . Ayant éprouvé la monumentalité avec « Puppy » (1992) et « Split Rocker » (2000), Koons se confronteà l’espace public. Avec la série « Celebration » (1994), et notamment le célèbre « Balloon Dog », il atteint un paroxysme technique et porte à son apogée la transfiguration d’objets triviaux en formes sculpturales accomplies, rutilantes et gonflées. D’« Easyfun » (1999-2003) à « Antiquity » (2009-2014), Jeff Koons fait la part belle au **devenir imagede la peinture** . Utilisant le collage, il rassemble sur une même surface des éléments hétérogènes qu’il fragmente et stratifie. Plus que jamais, une large place est accordée aux stéréotypes américains - grands espaces, excès de nourritures indutrielles, super-héros et autres personnages de bande dessinée - stéréotypes auxquels Koons entremêle des références plus personnelles, allant de graffitis enfantins aux standards de l’art antique. Ainsi de ses derniers « Gazing Balls » (2013) qui juxtaposent des ornements de jardin à des moulages en plâtre de chefs d’oeuvre de l’art classique.
Gazing Ball (Ariadne), 2013, Plâtre et verre Édition de 3 + épreuve d’artiste Photo : Tom Powel Imaging Monsoon Art Collection
Gazing Ball (Ariadne), 2013, Plâtre et verre Édition de 3 + épreuve d’artiste Photo : Tom Powel Imaging Monsoon Art Collection © Jeff Koons
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.