Tout le monde en France est persuadé que l’artiste japonais le plus célèbre est Hokusai. En fait, non, et cette erreur amuse beaucoup au Japon : leur Léonard de Vinci, c'est Hiroshige !Joann Sfar est allé voir l'exposition qui lui est consacrée à la Pinacothèque de Paris, découvrez ses croquis...

L'univers du maître japonais est avant tout celui du voyage. Au-delà des vues aujourd’hui classiques d’Edo, le Tokyo d’avant 1868, Hiroshige va nous entraîner dans deux voyages mythiques, en nous faisant emprunter les deux routes qui relient Edo à Kyoto. Il y a la route du sud dite Tōkaidō et la route du nord dite Kisokaidō. En s’arrêtant dans chacun des villages de ces deux routes, une cinquantaine par trajet, les œuvres de Hiroshige nous font pénétrer dans ce Japon imaginaire et ancestral, ce monde rêvé. Hiroshige est l’un des derniers maîtres dans la tradition de l’ukiyo-e - littéralement « images du monde flottant ». Cela désigne le style d’estampes très coloré, propre à l’époque d’Edo, où sont représentés la nature aux quatre saisons, le passage du temps, mais aussi la vie de la cité dans l’excès des sensations qu’elle offre aux corps.

Mots-clés :
Articles liés
Culture
Initiales DD
19 octobre 2017
Culture
Les flibustières
19 octobre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.