Le conseil municipal de Paris vient d'approuver l'installation d'une sculpture en hommage à Johnny Hallyday, malgré une forte opposition des élus écologistes. La présence d'une Harley-Davidson fait controverse. Mais ce n'est pas la première œuvre exposée dans la rue qui fait polémique.

Que ce soit en France ou à l'étranger, plusieurs statues ont fait polémique
Que ce soit en France ou à l'étranger, plusieurs statues ont fait polémique © AFP / JUSTIN TALLIS / SPENCER PLATT / ADRIAN DENNIS / THOMAS COEX

[ATTENTION : Certaines images d'œuvres montrées dans la suite de cet article peuvent choquer]

Quatre ans après sa mort, Paris voulait rendre hommage à Johnny Hallyday en installant une œuvre en son honneur : une sculpture de Bertrand Lavier représentant un manche de guitare avec à son sommet une Harley-Davidson. D'une hauteur de six mètres, elle sera installée sur le parvis de Bercy, salle où le chanteur a donné 101 représentations. 

Votée à une large majorité mercredi, elle représente pour la Ville une "confrontation poétique de deux emblèmes indissociables de la figure du rockeur : une guitare et une moto". Mais ce n'est pas du goût des élus écologistes. Selon Emmanuelle Pierre-Marie, la maire EELV du XIIe arrondissement, où l'œuvre sera installée, cette sculpture "semble davantage honorer une certaine marque de motos que Johnny Hallyday lui-même, dans une forme de pied de nez à certaines des politiques que poursuit notre majorité." L'élue fait ainsi référence aux réformes environnementales mises en place par la Ville, notamment celle prévoyant le stationnement payant pour les deux-roues adopté le jour précédent. Une critique absurde pour la maire PS Anne Hidalgo : "Oui, c'est une moto, mais elle ne pollue pas, c'est une œuvre d'art." Et ce n'est pas la première fois que l'installation d'une sculpture dans l'espace public fait polémique. Retour sur plusieurs controverses artistiques.

Le coup de boule de Zidane 

C'est devant le Centre Pompidou, à Paris, que la statue du coup de boule de Zidane a été installée pour la première fois en 2012
C'est devant le Centre Pompidou, à Paris, que la statue du coup de boule de Zidane a été installée pour la première fois en 2012 © AFP / MEHDI FEDOUACH

En finale de la coupe du monde de 2006, Zinedine Zidane signait l'un des incidents les plus célèbres du foot français : un coup de boule contre le joueur italien Marco Materazzi. Un geste si historique que l’artiste Adel Abdemessed l'a immortalisé en une statue de bronze de 5,4 mètres de haut. Présentée la première fois en 2012 devant le centre Pompidou à Paris, elle a été fortement critiquée, accusée de faire l'apologie de la violence. Zinedine Zidane et plusieurs présidents de clubs de football ont également dénoncé cette œuvre. À l'étranger, aussi, elle était vue d'un mauvais œil. Elle sera même déboulonnée en 2013, alors qu'elle était exposée au Qatar. 

Pas de coup de maître pour Ronaldo 

Le joueur portugais Cristiano Ronaldo a lui aussi eu droit à une statue. Elle est exposée à l'aéroport de Madère, l'île où il a grandi. Ici, il ne s'agit que de son buste en bronze, mais le problème vient plutôt du visage du footballeur. Dévoilé en mars 2017, beaucoup d'internautes s'étaient moqués d'un problème de ressemblance. Jugée "ratée", la statue a finalement été remplacée par un autre buste réalisé par le même artiste mais plus ressemblant. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Greta Thunberg en bronze, mais à quel prix ?

La statue de Greta Thunberg  a été commandée par l'université de Winchester située dans le sud de l'Angleterre.
La statue de Greta Thunberg a été commandée par l'université de Winchester située dans le sud de l'Angleterre. © AFP / ADRIAN DENNIS

En Angleterre, l'université de Winchester a voulu rendre hommage à Greta Thunberg, jeune Suédoise figure du mouvement de lutte contre le réchauffement climatique. Et pour ça, les dirigeants ont installé une statue à son effigie. Surnommé "Make a difference"("Faites la différence"), elle appelle les jeunes à se mobiliser. L'œuvre, en bronze, a coûté environ 24 000 livres sterling soit 28 000 euros. Un prix qui est mal passé du côté des étudiants et de certains soutiens de la militante. Pour eux, cet argent gaspillé aurait très bien pu servir à financer d'autres choses comme a défense de l'environnement. 

Un petit bout de femme

La statue de Mary Wollstonecraft a été installée dans un parc londonien l'année dernière.
La statue de Mary Wollstonecraft a été installée dans un parc londonien l'année dernière. © AFP / JUSTIN TALLIS

Une autre statue a fait également polémique chez les anglais : celle en honneur de l'écrivaine Mary Wollstonecraft. Deux cents ans après sa mort, une œuvre à son effigie a été installé dans un parc de Londres. Mais si celle-ci devait faire honneur à cette figure du féminisme, ce n'est pas l'impression qu'elle a donnée. Elle est représentée en miniature et nue. De très mauvais goût pour la romancière Jojo Moyes qui écrivait sur Twitter : "Je pense qu'il aurait été bien de rendre hommage à Mary Wollstonecraft habillée. On voit rarement des statues commémoratives d'hommes politiques sans leur pantalon." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Trump nu dans plusieurs villes américaines

Des statues représentant Donald Trump nu ont été installées dans plusieurs villes américaines.
Des statues représentant Donald Trump nu ont été installées dans plusieurs villes américaines. © AFP / SPENCER PLATT

Si les exemples précédents étaient des initiatives d'instances publiques, les artistes eux-mêmes peuvent aussi choisir d'investir la rue. C'est le cas du collectif Indecline qui en 2016 a installé dans plusieurs villes américaines des statues représentant Donald Trump totalement nu. Au pied de celles-ci, une plaque affichait : "L'empereur n'a pas de couilles".

Ces installations avaient pour but de critiquer l'ancien président des États-Unis qui n'était encore que candidat à la Maison Blanche à ce moment. Ces statues ne sont pas restées longtemps dans la rue puisque la police les a retirées quelques heures après leur apparition. 

Des enfants pendus à un arbre

L’artiste italien Maurizio Cattelan est connu pour ses nombreuses œuvres polémiques mais l'une d'entre elles a particulièrement choqué. Elle représente trois jeunes garçons pendus, la corde au cou, accrochés à un arbre. En 2004, elle est installée dans le centre de Milan et indigne de nombreuses personnes. Jusqu'à ce qu'un riverain tente de décrocher ces créations et tombe de plusieurs mètres. L'artiste a dû s'excuser et la Ville a finalement décidé de retirer l'œuvre. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Maurizio Cattelan avait également fait polémique avec la représentation d'un enfant priant qui, lorsque l'on s'approchait, s'avérait avoir le visage d'Adolf Hitler.