Le Petit Palais à Paris consacre pour la première fois en France une grande rétrospective à Jordaens, l’un des maîtres de la peinture flamande du XVIIe, tout aussi important en son temps que Rubens et Van Dyck.

L’exposition Jordaens, la gloire d’Anvers est__ un évènement majeur de la rentrée parisienne dans le domaine de la peinture ancienne. Jordaens, à l'égal de Rubens, est l'un des artistes témoins de la richesse d'Anvers au XVIIème siècle : il était célèbre pour ses scènes de genre, à visée moraliste, mais puisées dans la chair de la vie, pour ses scènes religieuses, ou ses interprétations très personnelles de la mythologie.

Cézanne et Courbet se sont beaucoup inspirés de ses corps de femmes notamment mais Jordaens n'a pas franchi le seuil de nos livres scolaires contrairement à ses contemporains.

Aujourd'hui, certaines des toiles réunies à Paris ne manqueront pas d'attirer le regard des visiteurs.

Visite guidée par Maryline Assante, commissaire de l'exposition

Les scènes de genre

Le roi boit est une oeuvre emblématique des scènes de genre peintes par Jordaens.

Peintre coquin

Un mythe transformé en scène grivoise dans Candaule faisant épier sa femme par Gygès

Peintre vache

Mercure et Argus, la peinture de mythologie pour le plaisir de peindre des vaches. Jordaens excelle dans la représentation des animaux

L'enlèvement d'Europe

Jordaens, l'enlèvement d'Europe
Jordaens, l'enlèvement d'Europe © RMNPhilipp Bernard

Voir toute la galerie photos ici >

Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Jordaens, la gloire d'Anvers, du 19 septembre 2013 au 19 janvier 2014

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.