Un rappeur qui accusait la chanteuse Katy Perry de plagiat touchera 2,7 millions de dollars, a décidé ce jeudi un tribunal fédéral. La dernière d'une longue série d'affaires de plagiat, qui pullulent ces derniers temps dans l'industrie musicale.

Plagié par Katy Perry selon la justice, un rappeur va être dédommagé à hauteur de 2,7 millions de dollars.
Plagié par Katy Perry selon la justice, un rappeur va être dédommagé à hauteur de 2,7 millions de dollars. © Capture d'écran du clip "Dark Horse" de Katy Perry

2,7 millions de dollars de dommages et intérêts. C’est le pactole que va toucher le rappeur américain de gospel Marcus Gray, qui accusait depuis 2014 la star de la pop Katy Perry de plagiat. Dans une industrie musicale où les droits des artistes sont scrutés à la loupe et où la propriété intellectuelle fait loi, retour sur les plus gros scandales de plagiat de ces dernières années.

Katy Perry contre Marcus Gray : un "Dark Horse" à 2,7 millions de dollars

Un "beat" similaire, une phase instrumentale de 16 secondes. Les avocats de Marcus Gray, alias "Flame", avaient bien affûté leurs arguments devant le juge. Ils ont expliqué que la base du tube "Dark Horse" de Katy Perry, sorti en 2013 – 2,6 milliards de vues sur Youtube – a été plagiée sur le morceau de rap "Joyful Noise" de leur client, qui date de 2009. 

Un tribunal fédéral s'est prononcé jeudi : Marcus Gray touchera donc 2,7 millions de dollars de dommages et intérêts. 550 000 dollars seront versés de la poche de Katy Perry elle-même, et 1,2 millions par son label, Capital Records. 

La chanteuse californienne affirmait de son côté ne jamais avoir entendu le morceau "Joyful Noise", et que de toute façon le rythme des deux morceaux était "banal" et n’entrait donc pas dans le domaine du copyright. À vous de juger :

Les héritiers de Marvin Gaye VS Pharrell Williams : victoire par K.O

Quand ils ont entendu le titre "Blurred Lines" de Robin Thicke et Pharrell Williams, les héritiers de Marvin Gaye n’ont que moyennement apprécié. Il faut dire que la ressemblance avec "Got to Give it Up" du "Prince of Soul", décédé en 1984, peut interpeller. Des internautes ont même accolé les deux morceaux pour mettre en évidence leurs similitudes :

En décembre dernier, Robin Thicke et Pharell Williams ont donc été définitivement condamnés pour plagiat. Ils devront payer au total près de 5 millions de dollars d’indemnités aux héritiers du chanteur, qui peuvent d’autant plus se frotter les mains qu’ils toucheront la moitié des recettes futures de "Blurred Lines", la chanson la plus vendue dans le monde en 2013.

Pharrell Williams a quant à lui été piqué au vif : "Le jugement pénalise n’importe quel créateur réalisant une œuvre qui a pu être inspirée d’une autre", déplorait le chanteur du tube "Happy". "Si nous perdons notre liberté d’expression, nous allons nous réveiller un beau jour et toute l’industrie du divertissement sera paralysée par les procédures."

Marvin Gaye particulièrement inspirant ? C’est maintenant le chanteur-compositeur anglais Ed Sheeran qui pourrait être contraint d’ouvrir le porte-monnaie, pour un plagiat supposé de "Let’s Get It On". En mars un juge de Manhattan a rejeté la demande de non-lieu d’Ed Sheeran. Ce sera à un jury de se prononcer sur la ressemblance de sa chanson d’amour "Thinking Out Loud" avec le tube intemporel de Marvin Gaye. Encore une fois, à vous de trancher :

Led Zeppelin : le chemin de croix de "Stairway to Heaven" pour plagiat

Depuis septembre dernier, le groupe britannique culte Led Zeppelin est de retour dans le collimateur de la justice. Un tribunal américain a ordonné un nouveau procès pour plagiat de leur chanson mythique "Stairway to Heaven". Le groupe avait pourtant remporté son procès en 2016, mais la cour d’appel fédérale de San Francisco a pointé des vices de procédure.

Au centre de la querelle : la mélodie d’introduction du morceau "Taurus", composé par le groupe Spirit. Le guitariste de Spirit, mort par noyade en 1997, n’avait jamais engagé de poursuites. Mais de son vivant, il affirmait auprès de ses proches et dans la presse qu’il méritait un crédit pour "Stairway to Heaven", n’hésitant pas à parler de "vol". C’est seulement il y a 4 ans qu’une plainte a été déposée par le gérant de la succession du guitariste de Spirit. De leur côté, Robert Plant et Jimmy Page, respectivement chanteur et guitariste de "Led Zeppelin", nient catégoriquement le plagiat. 

"Somebody I Used To Know" : les aveux du chanteur Gotye 

"Now you’re just somebody that I used to knowww..." En 2011 vous fredonniez peut-être ce petit air entêtant, signé de l’artiste belgo-australien Gotye en 2011. Enfin signé. Gotye a depuis reconnu avoir plagié la mélodie d’une chanson brésilienne :

Au pied du mur, Gotye a accepté de reverser 45% des bénéfices du hit. Une somme qui revient aux héritiers du chanteur brésilien Luis Bonfa, ce dernier étant mort en 2001. Au total, le chanteur a dû tirer une croix sur près d’un million de dollars, selon le Daily Telegraph : ça comprend les bénéfices des ventes du morceau mais aussi les ventes digitales, le streaming et les rotations radio…

Coldplay, créditer pour ne pas payer

"Every Teardrop Is A Waterfall", single sorti par le groupe britannique Coldplay en 2011, a lui aussi été au centre de la polémique. En cause : une ressemblance avec le titre "I Go To Rio" de Peter Allen, sorti en 1976 (repris aussi d'ailleurs par Claude François !) Mais avant que l'affaire ne s'envenime en justice, Coldplay a rajouté le nom de Peter Allen dans les crédits de leur album. De quoi éviter un long procès, avec à la fin des millions de dollars de dommages et intérêts...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.