NanoDanses

de Michèle Anne De Mey et Jaco Van Dormaelcréation collective Grégory Grosjean, Thomas Gunzig, Julien Lambert, Sylvie Olivé, Nicolas Olivier Kiss & Cry est un spectacle inédit, confrontant cinéma, danse, texte, théâtre et bricolages de génie. Une pièce qui invite le spectateur à assister au même instant à un spectacle chorégraphique singulier , à une séance de cinéma ainsi qu’au making of du film . Personnages principaux, les mains interpellent par leur sensualité et leur nudité . Le décor de miniatures dans lequel elles évoluent témoigne d’une précision absolue. Le postulat de départ de Kiss & Cry est simple. « Où vont les gens quand ils disparaissent de notre vie, de notre mémoire ? ». C’est l’interrogation qui hante une femme alors qu’elle attend, seule, sur un quai de gare.

Entrer dans le Nanomonde, c’est regarder la matière à très petite échelle. Une décomposition extrême qui permet de comparer l’exploration de l’infiniment petit à celle de l’infiniment grand, cette fois au coeur de la matière Danse. Rien n’est grand ou petit que par comparaison disait Gulliver en arrivant à Brobdingnag. Il s’agira de faire du spectaculaire avec du tout petit. Utilisant à la fois la technologie (micro-caméras, projection sur écran, filmage en direct) et l’artisanal (décors et personnages de modèles réduits). Ce contraste mettra en évidence la fragilité et la simplicité d’un univers poétique où l’on se jouera de la pesanteur en travaillant sur le monde du dessus et du dessous... Intempéries miniatures, grands ballets aquatiques revus à l’échelle de dix doigts, illusionnisme et illusions d’optique .

Kiss & Cry
Kiss & Cry © Marteen Vanden Abeele
Kiss & Cry met le spectateur face à l’envers du décor. Sur scène, la caméra révèle des petits mondes cachés, la danse des doigts, des personnages miniatures chevauchant une tortue géante. Les doigts danseurs traversent avec agilité des mondes ludiques. L’index est boiteux, le pouce fait bande à part. Chaque univers en contient un autre plus petit. **Les miniatures sont le miroir de notre monde, avec la force satirique et le pouvoir d’abstraction que crée la distorsion des échelles.** _Jaco Van Dormael – Michèle Anne De Mey_ _Certaines étaient comme des fruits, d’autres comme des oiseaux morts d’autres comme des plantes grimpantes.Ça la rendait triste tout ce qu’elle aurait voulu c’était des mains qui n’évoquaient rien d’autre que des mains les mêmes que dans la boîte fermée du fond de sa mémoire ._ Extrait ### **La tournée** 16 - 18 août - Sommerfestival, Helsinki (Finlande)2 - 4 octobre - International Festival of firsts, Pittsburgh (États-Unis)10 - 12 octobre - Emerson Arts, Boston (États-Unis)24 - 26 octobre - Festival Cervantino, Guanajuato (Mexique)11 - 24 novembre - La Condes, Santiago (Chili)19 - 22 décembre - KVS, Bruxelles (Belgique)8 et 9 janvier 2014 Opéra de St-Etienne (42)19 - 28 février 2014 Grand Théâtre de Namur (Belgique)19 - 23 mars 2014 La Coupole, Combs-la-Ville (77)16 - 18 avril 2014 Comédie de Valence (26)2 - 4 mai 2014 Fondation Onassis, Athènes (Grèce)10 - 18 mai 2014 Les Écuries, Charleroi (Belgique) _Affiche © Stéphane Trapier / Atalante Paris_
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.