Dans l’ombre des projecteurs officiels du Festival d’Angoulême, le F.OFF, festival de micro-édition indépendante, accueille le public du 29 janvier au 1er février 2015 dans les locaux du Moon , une ex-boite de nuit angoumoisine. « Lieu d’échanges, de découverte et de diffusion de ce qui se produit de manière indépendante et hors des circuits habituels de l’édition », le F.OFF accueille depuis 2011, sans aucun soutien institutionnel, de nombreuses associations et collectifs d’artistes débordant d’énergie et de créativité.

Au cœur de ce micro-laboratoire ludique, dédié à l’expérimentation graphique et au décloisonnement visuel, de jeunes artistes boulimiques d’images et farouchement indépendants, dessinent et inventent les mondes visuels de demain.

Parmi les nombreux artistes invités, deux collectifs, l’Articho (Paris) et indélébile (Toulouse) ont accepté de nous présenter leurs associations :

L’ARTICHO

illustration L'Articho
illustration L'Articho © L'Articho

Qui se cache derrière les feuilles de l’Articho ?

Chamo : On est deux à tout faire chez L'Articho , Yassine et moi. On est tous les deux dessinateurs. Yassine vient de la BD et du graphisme, et moi du monde de l’illustration jeunesse, mais nous avons tous les deux une grande curiosité et des goûts éclectiques. Nous partageons aussi le goût des projets collectifs avec l’aide et le soutien de nombreux artistes qui répondent présent dès qu'on leur propose un projet.

Nos activités sont diverses. Nous avons édité quatre numéros des Cahiers de L’Articho , une revue d'Arts graphiques thématique, ainsi que plusieurs fanzines. Nous avons également réalisé des livres pour des éditeurs jeunesse : Rue de L’Articho chez Thierry Magnier, et les quatre livres de la collection Cube chez les Fourmis Rouges. Nous organisons aussi régulièrement des boums pour enfants qui décoiffent, ainsi que des expos.

Cette année, on s'est acoquiné avec Les Requins Marteaux pour monter avec eux un label jeunesse que je vais diriger (quatre ou cinq publications jeunesse par an). Le premier livre né de cette collaboration s'appelle "Bonjour", signé par l’illustratrice Anne Brugni & McCloud Zicmuse (septembre 2014), un très bel ouvrage subtil et coloré évoquant le cycle du jour et de la nuit.

La prochaine publication sortira début mai 2015. Il s’agira d’un jeu conçu par Delphine la sardine et dessiné par la talentueuse Anouk Ricard : "Le jeu de toutes les familles".

Que trouve t-on au cœur de l’Articho ?

Chamo : L'association a été créée pour nous permettre de réaliser tous les projets qui nous passent par la tête ! Expositions, publications, fêtes, ateliers. On aime partir dans tous les sens en articulant notre travail autour de l'image. Nous collaborons avec des dessinateurs issus d’horizons très différents (illustration, BD, graphisme, livre jeunesse, dessin contemporain, fanzine underground, street art…), et c'est cette diversité qui nous plait.

Je ne sais pas si L'Articho a une fonction ou une philosophie. Je crois que c'est notre curiosité qui nous caractérise et notre envie de partager ce que l'on aime. Je ne peux pas non plus dire vraiment à quel public on s'adresse. Cela dépend des projets. On peut faire un fanzine super arty, et un livre jeunesse totalement mainstream avec autant de sérieux et d'enthousiasme. On se fait plaisir et l’on espère que c'est communicatif. En bref, les "lignes éditoriales" ce n’est pas trop notre truc. En fait, quand on regarde tout ce que l’on a réalisé depuis la création de l'association en 2006, il y a une cohérence foutraque, un esprit assez personnel, je pense, qui s'en dégage.

Yassine : Comme le dit Chamo nous avons des goûts très variés, mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de direction. Le champ du dessin c'est un grand tout. Je ne fais pas de séparation entre BD, jeunesse, underground, etc. Nous sommes attentifs à tout ce qui se passe dans tous les domaines liés au dessin : dessin contemporain, fanzines, art brut, animation... Nous sommes boulimiques d’images. Notre blog nous sert d'observatoire, on met en avant ce qui nous plait dans la production actuelle ou parmi des vieux trucs que l’on découvre. Notre but est de proposer une vision éclatée mais personnelle, en évitant le conformisme visuel que l’on observe un peu partout.

Notre philosophie est de se poser des questions et de toujours tout repenser pour être vraiment créatifs à tous les niveaux. L'art, ce n’est pas uniquement de la production d'objets, mais aussi une expérience. Sur notre blog, je voulais faire un post qui fait l’apologie des bons buffets dans les vernissages. C’est un effort de faire un bon buffet, en adéquation avec une exposition, c'est aussi un jeu. On est dans un état d'esprit de création permanente et en même temps de générosité. Un buffet qui surprend, un flyer différent, essayer de faire des trucs inhabituels, sortir de ses automatismes, ça c'est une motivation qui nous guide.

__

Vous situez-vous dans une lignée artistique particulière ?

Yassine : L'état d'esprit dans lequel on travaille est inspiré de la bande dessinée. C'est de là que vient cet esprit alternatif et collectif, qu’il s’agisse de Harakiri,L'association , Pilote ou Les requins marteau x. Il y a cette logique artistique, cet état d’esprit qui consiste à sortir de l'édition pure. La publication est l’élément central d'un univers plus large, plus ouvert.

Aujourd’hui dans la bande dessinée et le livre jeunesse, les livres sont souvent beaux parce que le contenu est beau, mais c’est rarement innovant sur le plan le la conception de l'objet. Le papier, la typographie, les techniques d'impression, de reliure, tout cela fait partie des outils de l'éditeur. Nous essayons donc de combiner tout cela pour refléter le contenu.

Défendez-vous un certain type d’illustration, d’images, d’univers graphique ?

Yassine : On aime bien les choses pas trop sérieuses, un peu impertinentes, ce qui lorgne vers le kitsch ou carrément vers le mauvais goût. Il faut toujours qu'il y ait un peu d'esprit ou de mauvais esprit. On aime bien aussi les images qui sont formellement ludiques, la combinaison de formes simples, la couleur. Mais quand on aime une chose en général, on aime aussi son contraire. Par exemple le noir et blanc, c’est moins notre truc, mais on en a déjà fait !

Depuis quand participez-vous au F.OFF d’Angoulême ?

Chamo : Ce sera notre quatrième année de participation au F.OFF. On est des habitués ! Notre stand est toujours un peu décalé. On vend des livres jeunesse (ce qui n'est pas très courant à Angoulême), des calendriers, nos revues et fanzines. Mais ce décalage nous plait bien, c'est tout à fait dans notre esprit de décloisonnement. Le F.OFF, c'est aussi l'occasion de découvrir les dernières productions des jeunes dessinateurs, et éventuellement de repérer des talents émergents. Il y a plus de découvertes à faire là-bas que dans les bulles officielles où la plupart des livres sont trouvables en librairie.

Cette année, on a aussi un pied dans le "in", puisque Yassine est commissaire de l'exposition d'Anouk Ricard (encore elle, on ne s'en lasse pas !) autour de sa série Anna et Froga .

Des coups de cœur BD pour cette année ??

Chamo :

-Une vie de famille agréable , Antoine Marchalot, Les Requins Marteaux 2014

-Maximal spleen , Simon Hanselmann, Misma 2014

-White Cube , Brecht Vandenbroucke, Actes sud 2014

-Bernadette , El don Guillermo, Les Requins Marteaux 2014

-Photon , d'Alexis Beauclair (Auto-édité)

-Les aventures de Flip , Morgan Navarro, Gallimard 2014

Yassine :

  • Walking gag , Baptiste Virot, 3 fois par jour 2014

  • Julio , Gilbert Hernandez, Atrabile 2014

  • Prokon, Peter Haars, Matière 2014

SITES WEB :

http://asso-articho.blogspot.fr

http://www.articho.info

ANGOULEME : F.OFF 2015

illustration L'indélébile
illustration L'indélébile © Idélébile

COLLECTIF indélébile

Indélébile est une association toulousaine créée en 2008 par des élèves d’écoles d'art (Beaux-arts, Arts Déco et Arts appliqués). Elle regroupe des structures d’éditions et des auteurs de bande dessinée à la recherche « de nouvelles voies graphiques ou narratives » et défend une véritable bande dessinée contemporaine de création. Présent au F.OFF d’Angoulême, le collectif répond ici à quelques questions, par la voix et le crayon de Sophie alias Soia membre active de l'association.

Indélébile ?Que signifie le nom de votre association ?

C'est parfois compliqué de trouver un nom sous lequel une vingtaine de personnes (et plus) doivent se regrouper. C'est un nom suffisamment large, qui parle du dessin et de la petite trace que l’on aimerait laisser très humblement…

Et puis au niveau des sonorités, ça regroupe plusieurs choses qui nous représentent, « débile », « indé », etc.

Quelle est sa raison d'être ?

Notre association a pour but de promouvoir la petite édition, l'édition alternative au sens large, dans le cadre d'abord du festival que nous organisons depuis sept ans, puis par le biais d'expositions ou d'évènements divers que nous pouvons mettre en place tout au long de l'année. Nous avons envie de défendre un milieu ultra créatif et motivé mais au sein duquel les gens travaillent souvent dans leur coin. Nous leur proposons un espace pour leur permettre de se rencontrer. C'est un engagement de tous les jours qui prend beaucoup de temps et d’énergie.

Vous situez-vous dans une lignée artistique particulière ?

Le collectif indélébile représente en lui même des univers artistiques assez diversifiés. Nous sommes en gros une vingtaine de personnes avec des sensibilités différentes et l’envie commune de faire les choses par nous même. Le profil des membres va du dessin contemporain à la bande dessinée en passant par l'illustration pour enfants. Nous nous situons dans la lignée de nombreuses associations et structures qui ont cherché et cherchent toujours à regrouper et faire vivre ce milieu, comme par exemple Périscopage à Rennes ou Central Vapeur à Strasbourg. Indélébile défend surtout une façon de se positionner face à sa démarche artistique. Nous ne fermons rien, nous ne voulons pas cloisonner les genres. Chaque membre du collectif ou personne invitée à son univers propre.

Est-ce votre première participation au F.OFF d’Angoulême ?

Non ce n'est pas notre première participation, les auteurs et structures qui forment le collectif viennent ici depuis plusieurs années, que ce soit en leur nom propre, ou sous la bannière de l’association. L'idée est la même que lorsque nous organisons notre festival, c'est celle de la visibilité. Il est important de montrer son travail, de rencontrer les autres auteurs et un public si possible le plus large possible.

Quels sont vos coups de cœur BD 2014 ?

Building Stories , Chris Ware, Delcourt 2014

Panthère , Brecht Evens, Actes Sud 2014

Anne Simon, Cixtite Impératrice, Misma 2014

Bernadette, El Don Guillermo, __ Les Requins Marteaux 2014

Lune l'envers, Blutch, Dargaud 2014

L'arabe du futur, Riad Sattouf, __ Allary éditions 2014

La nouvelle encyclopédie de Masse , Francis Masse, Glénat 2014

Aujourd'hui est le jour où te rejoins tes semblables, Marion Balac, Super Loto Editions

Quasar contre Pulsar , Mathieux Lefèvre, Alexis Beauclaire, Etienne Chaize - Editions 2024

SITE DE L’ASSOCIATION : http://www.indelebile.org

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.