Cadran Astronomique avec le visage de Winston Churchill
Cadran Astronomique avec le visage de Winston Churchill © David Williams/Corbis

Dans l'émissionA rebrousse-poil du 21 juillet, Daniel Morin recevait l'astrologue Caroline Quemerais , histoire de comprendre les grands principes de la discipline. Alors forcément mon oreille s'est tendue vers les enceintes de mon poste, friand que je suis de sujets décalés sur l'antenne de France Inter. Mais en cherchant un peu, je me suis aperçu que ce sujet est très souvent à l'honneur sur l'antenne.

Finalement, derrière nos voix d’Inter se cachent des êtres humains, qui comme vous, se précipitent dès le matin sur l’horoscope du jour avec l’espoir d’y trouver de l’amour, de la santé et pour les plus pragmatiques, de l’argent. Et ne faites pas non de la tête, vous en faites probablement partie.

Ce matin donc, Daniel Morin (il fallait que ce soit lui) invitait Pierre Lescure , grand médium médiatique, et l'astrologue Caroline Quemerais. Cette dernière a tenté d'expliquer à ses hôtes quelques principes d'astrologie. Et ce n'était pas gagné.

L'astrologie n'est pas une discipline scientifique. Il n'existe pas de laboratoire d'astrologie au CNRS , en tout cas pas encore, ni de diplôme d'état pour exercer cette activité. Pour faire court, voire très court, l'objectif de l'astrologie est donc d'aider les gens dans une perspective de développement personnel. Dans la pratique, l'astrologue dresse une carte du ciel et cherche les positions des planètes dans ce même ciel pour prédire des contextes et des évènements.

L'étymologie du mot renvoie au grec αστρολογία que l'on peut traduire par "le discours des astres". Et les premiers "horoscopes" nous viennent de Mésopotamie , vers 400 avant Jésus Christ. Elle s'est developpé parallèlement partout dans le monde. Depuis, l'astrologie, même si elle a évolué, n'a pas quitté notre quotidien. De monsieur, madame Tout-le-monde aux plus grands chefs d'États.

En janvier, Pascale Clark dans l'émissionA'live avait invité trois astrologues pour décrypter ce phènomène. Parmi les invités, Christine Haas y déclarait que l'astrologie n'était pas une science mais un art.

►►► Ecoutez l'émission d'Alive du mardi 6 janvier

Sonia Devillers avait également consacré en 2014 une émission à l'astrologie et aux horoscopes dans les journaux qui remportent souvent plus de succès que les chroniques géopolitiques. Elle avait invité, entre autre,Arnaud Esquerre , sociologue au CNRS. Mais les chroniqueurs de France Inter aussi se frottent à l'exercice comme Stéphane Blakowski en juin 2014 avec un horoscope très spécial.

Pour conclure, je dirais que rien ne nous empêche de regarder les étoiles et d'y chercher des réponses. Peu importe où se cachera Jupiter, n'en tirons pas de conclusions trop hâtives.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.