Messaoud, cavalier depuis 16 ans chez Zingaro
Messaoud, cavalier depuis 16 ans chez Zingaro © Radio France / vincent josse

Ils et elles vivent en bande, au Fort d’Aubervilliers, depuis plus de vingt ans, dans des roulottes et des caravanes. Ils et elles, cavaliers, palefreniers, chevaux de la compagnie Zingaro. L’un d’eux, Messaoud, cavalier depuis 16 ans auprès de Bartabas dont les enfants sont nés là-bas affirme, avec fierté : « Nous sommes des bohémiens » .

Quand Bartabas engage une recrue à Zingaro, il demande : "Qu’est-ce que tu à m’apporter?" Et quand ils parle de sa troupe, il dit « les gens ». Ce n’est pas du mépris, mais de la pudeur. Il y a de la part de toute la compagnie Zingaro, une cinquantaine de personnes, une passion commune, le cheval et un respect un peu craintif de l’organisateur de cette passion, Bartabas, l’inventeur du théâtre équestre façon Zingaro, un taiseux, un bougon, souvent soupe au lait et hypersensible. Lui et ses compagnons ont travaillé pendant des mois leur nouveau spectacle où la mort est le thème principal, « Calacas », « squelette », en mexicain, évoque la mort à travers des danses macabres comme on en trouve au Mexique et des images où l’homme et l’animal rappellent des dessins de Basquiat ou des toiles de Goya.

Calacas
Calacas © Radio France

"Calacas", à partir du 2 novembre à Aubervilliers. http://zingaro.fnacspectacles.com/

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.