MoMa, Whitney et Met, les grands musées new-yorkais s'exposent à Paris.

Visiteurs du Grand Palais devant des clichés d'Irving Penn, exposés lors de Paris Photo 2012
Visiteurs du Grand Palais devant des clichés d'Irving Penn, exposés lors de Paris Photo 2012 © Reuters / Benoit Tessier

Le MoMa, qui va exposer une sélection de ses chefs-d'oeuvre à la Fondation Vuitton, n'est pas le seul grand musée new-yorkais à exporter ses collections à Paris : le Whitney présente lui ses trésors Pop Art au Musée Maillol, et le Metropolitan Museum of New York contribuera à deux expositions au Grand Palais.

Pop art first

Issues des collections du Whitney Museum of American Art de New York, une soixantaine de pièces majeures du Pop Art seront présentées pour la première fois à Paris, au Musée Maillol à partir du 22 septembre et jusqu'au 21 janvier 2018.

Robert Rauschenberg, Jasper Johns, Claes Oldenburg et ses sculptures monumentales, Tom Wesselmann, James Rosenquist, Alex Katz, Andy Warhol, Jim Dine, Roy Lichtenstein: autant de figures majeures de ce courant qu'accueillera cette exposition.

Le MoMa à la maison, ou presque

Plus de 200 œuvres extraites des collections du MoMa seront présentées du 11 octobre au 5 mars à la Fondation Vuitton. Un panorama très large - peinture, sculpture, architecture, photographie, mais aussi design et cinéma - baptisé "Être moderne".

Au menu, Dali, Pollock, Hopper, Picasso, Klimt... et le premier Mickey. "Nous n'avons jamais fait une exposition pareille avec tant de chefs-d'oeuvre", a dit Glenn Lowry, directeur du MoMa où il vient de lancer d'importants travaux d'agrandissement (5.000 m2 supplémentaires).

Le Met, in Paris and Versailles

Pour le centenaire de sa naissance, le Grand Palais rend hommage, en partenariat avec le Met, à Irving Penn, célèbre pour ses photographies de personnalités (Pablo Picasso, Yves Saint Laurent, Audrey Hepburn...). Considéré comme l'un des plus grands photographes du XXe siècle, Irving Penn était un maître incontesté de la photographie de studio, du portrait et de la nature morte.

A partir du 22 octobre, le château de Versailles accueille une exposition co-organisée avec le Metropolitan Museum of Art. L’exposition Visiteurs de Versailles couvre la période qui va de 1682 à 1789, lors de laquelle les représentants et ambassadeurs de tous les continents se sont pressés à la cour. C'est la première collaboration d’envergure entre ces deux institutions culturelles.

"Depuis la réception de Benjamin Franklin à la cour de Louis XVI en 1778, en passant par l’extraordinaire mécénat de John D. Rockefeller Jr. dans les années 1920, Versailles a toujours été un théâtre majeur de l’amitié franco-américaine", précise-t-on au Chateau de Versailles. Le site accueille chaque année 800 000 visiteurs américains, c'est la communauté étrangère la plus représentée dans la fréquentation globale.

La réception de Benjamin Franklin à la cour de Louis XVI en 1778
La réception de Benjamin Franklin à la cour de Louis XVI en 1778 / Anton Hohenstein/ Domaine Public

L'Art Institut of Chicago avec Gauguin

C'est pour la RMN_Grand Palais que l'Art Institut of Chicago contribue à la production d'une des expositions phares de l'automne. Il a prêté une part importante des œuvres de Gauguin qui seront exposées à partir du 11 octobre. L'institution américaine a déjà présenté entre juin et septembre ses œuvres en céramique dans le cadre d'une exposition sur les arts appliqués. C'est la plus importante exposition de céramiques de Gauguin, plus connu pour ses tableaux de tahitiennes. La version parisienne de l'expo se concentrera sur les processus créatifs de l'artiste.

Au-delà des expositions, on ne peut pas échapper au retour de West Side Story à la Seine Musicale sur l'île Seguin à partir du 12 octobre. La version originale montée à Broadway revient dans la capitale française à l'occasion des 60 ans de sa création.

L'automne est donc résolument américain à Paris et alentours. On pourrait encore compiler d'autres rendez-vous culturels de la sorte, qui feront peut-être oublier un peu les dernières nouvelles de l'Amérique de Trump.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.