La série diffusée sur la plateforme Disney+ a tellement plu aux fans, nouveaux et anciens, qu'ils se sont mis frénétiquement en quête d'indices sur ses deux personnages principaux, ou plus largement d'autres histoires avec eux. Provoquant un épuisement surprise de plusieurs bandes dessinées sur le sujet.

Elizabeth Olsen, Paul Bettany et Teyonah Parris, trois acteurs de la série WandaVision au Comic-Con de San Diego 2019
Elizabeth Olsen, Paul Bettany et Teyonah Parris, trois acteurs de la série WandaVision au Comic-Con de San Diego 2019 © AFP / Alberto E. Rodriguez/Getty Images for Disney

Pour ce qui ne devait être au départ qu'une simple série dérivée de la saga cinématographique "Avengers", dans une ambiance bien plus décalée, "WandaVision" peut se targuer d'être un pari gagnant pour Disney. Au point que, tout comme la série Netflix "Lupin" avait provoqué une ruée vers les romans de Maurice Leblanc, celle de Marvel a fait vendre des palettes entières de bandes dessinées, imprimées sur du bon vieux papier.

Selon "Entertainment Weekly", l'une des histoires dessinées les plus importantes (et passionnantes) autour du personnage de Wanda, alias "la Sorcière rouge", est partie comme des petits pains. "House of M", pourtant sorti en 2005 (et dessiné par le Français Olivier Coipel, cocorico), raconte justement comment son personnage a totalement remodelé notre réalité pour faire de son père (le mutant Magneto, dans les comics) un leader plus ou moins bienveillant régnant sur l'humanité. Les stocks américains de cette BD ont été écoulés "quasiment en une seule nuit" le jour de diffusion du premier épisode de "WandaVision".

L'envie d'avoir un temps d'avance

Car les connaisseurs ont filé le tuyau aux nouveaux venus : "WandaVision" déborde de références à "House of M", et le lire pourrait donc aider à deviner ce qui va se passer dans les futurs épisodes, pour les moins patients. Un peu comme lors de la diffusion de la série "Game of Thrones", où les lecteurs de George R.R. Martin ont longtemps eu un temps d'avance sur les autres.

Marvel a donc dû lancer la réimpression de cette histoire bien particulière, mais aussi d'autres comics des séries "Scarlet Witch", "The Vision" et "Vision and Scarlet Witch". La firme semble avoir été surprise de cet intérêt massif pour ces comics, en particulier en version papier (car tous sont également disponibles sur sa plateforme de bandes dessinées numériques).

Comme quoi, à ceux qui s'inquiètent des spectateurs qui délaisseraient la lecture pour les séries Netflix, Prime Video ou Disney+... Voici la preuve qu'elles peuvent aussi avoir l'effet inverse.