Charles Juliet habite Lyon et vient vous chercher à la gare. Il habite à deux cent mètres. Si vous aviez une valise, il la porterait à votre place, tant il émane de cet homme timide aux yeux bleus une gentillesse, une générosité. Depuis qu'il écrit, il tente d'exprimer avec minutie les souffrances vécues enfant et tâche d'apaiser par l'écriture sa douleur d'autrefois. Sa mère est morte en hopital psychiatrique durant la guerre, il a été élevé à la campagne par des parents adoptifs irréprochables, mais il est devenu enfant de troupe. Après le lycée militaire, voué à une carrière de médecin militaire, il a laissé l'écriture le rattraper et lui a consacré sa vie, à partir de ses 23 ans. "L'année de l'éveil", adapté au cinéma et "Lambeaux", récit autobiographique poignant sur ses deux mères, étudié au lycée, sont ses plus grands succès. S'ajoutent à ces beaux livres la publication régulière de son journal chez POL, ses poèmes, son théâtre ou ses conversations avec des peintres comme avec son ami le peintre Bram Van Velde, un exemple d'interview qui devrait inspirer journalistes et animateurs.Charles Juliet vit entre Lyon et sa maison de campagne, à 60 km, dans l'Ain. A Lyon, les livres règnent en maître dans le petit appartement qu'il partage avec sa femme. "Allez voir la cuisine, conseille Madame Juliet, et ouvrez le placard!" Les livres en effet se sont substitués aux nappes et aux serviettes. C'est dans cette petite pièce que Charles Juliet écrit à la main et non dans son bureau, envahi de livres. Quels livres? Vous les découvrirez bientôt, un vendredi de juin, dans "Esprit critique".

Charles Juliet et sa femme, première lectrice (critique) de tous ses écrits.
Charles Juliet et sa femme, première lectrice (critique) de tous ses écrits. © VJ
signature de l'écrivain
signature de l'écrivain © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.