Un ensemble de cinq spectacles , d’installations, de films, débats et performances, par des artistes japonais issus de l’Avant-garde tokyoïte.Les spectacles mêlent musique acoustique et électronique, danse contemporaine et hip hop, installations vidéos et performances : ces artistes sont indifférents aux genres et leur approche de la scène est troublante, excentrique. Branchée, inventive, provocatrice, mais traversée par le doute, à contrecourant des poncifs sur la culture nippone, cette sélection spécialement réalisée pour La Criée permet d’interroger la façon dont une société se perçoit à travers ses artistes.Sélective, inédite et frondeuse, la programmation proposée offre un regard radical sur la scène actuelle japonaise.

Vendredi 6 décembre

Exposition Mari Katayama
Exposition Mari Katayama © Katayama
  • Exposition Mari Katayama - Entrée libre dans le hall envahi !

L’artiste plasticienne sonde les failles de son propre corps pour en sublimer la beauté. Elle met en scène son handicap physique d’une manière troublante et transforme ses prothèses en véritables objets de surprise et d’expérimentation.vendredi et samedi

  • à 19h - Mégané + Ann Murasato Concert-Performance au Petit Théâtre.

Spécialement créée pour l’Expérience Japonaise, une performance physique, sonore et visuelle mêlant batterie et danse.La danseuse Mégané transforme sa barre verticale en source d’énergie dynamo électrique. Ann Murasato se métamorphose en véritable furie lorsqu’elle passe derrière sa batterie, son jeu très free expose une certaine bestialité. Exit le kawaii et le rose bonbon pour ces deux jeunes femmes qui se produisent pour la première fois en France !

Tomari + Kentaro!!
Tomari + Kentaro!! © Eric Bossick
  • à 20h - Tomari concert acoustique + Kentaro! ! hip-hop / danse contemporaine. Un spectacle en deux parties au Grand Théâtre

Tomari, c’est Kyû Sasayama au chant et Atsuhiko Takemura à la guitare. Le duo joue une musique connue sous le terme ryûkôka qui reflète uneépoque d’intense métissage culturel, issue des premiers mélanges de musiques occidentales récemment importées au Japon et de folk local.L’instrumentation très sobre met en valeur la magnifique voix de Kyu Sasayama pour une troublante universalité émotionnelle.Kentaro !! est un jeune danseur hip-hop Imprégné de culture urbaine électronique, et d’une certaine spiritualité japonaise. Il intègre la gestuelle des rappeurs dans la danse, sans perdre de vue sa propre culture et son identité japonaise.

Samedi 7 décembre

  • à 17h – Hall - Conférence Atelier Karaoké Enka, la chanson populaire japonaise animée par la journaliste Réna Kano et Kyu Sasayama ( chanteur du groupe Tomari ), cette conférence sera suivie d’un petit salon karaoké.Et des surprises...
Oorutaichi
Oorutaichi © Eric Bossick
  • à 19h - Oorutaichi Concert au Petit Théâtre

Oorutaichi, artiste de stature internationale, très actif sur la scène japonaise, nous entraîne vers des terres musicales inexplorées.Alliant chorus écrits dans une langue inventée et compositions électroniques inspirées, il compose une musique à la dérive où s’entremêlent rayons électriques et rythmiques enlevées.Résolument pop, la musique de Oorutaichi pourrait avoir été composée sur le bord d’un volcan !

  • à 20h30 - Baby-Q performance/danse au Grand Théâtre
Baby-Q
Baby-Q © Eric Bossick

Venus d’Osaka, Yoko Higashino et la compagnie Baby-Q s’installent à Tokyo en 2005. Yoko s’invente un double :Kemumaki Yoko (littéralement « Yoko disparaissant dans la fumée »), qui affublée d’une perruque blonde descend dans les profondeurs des clubs tokyoïtes pour improviser des performances cathartiques avec les musiciens noise et d’avant-garde. Dans les spectacles de Baby-Q, la danse, les costumes, la musique, l’éclairage et l’utilisation d’éléments technologiques liés à la robotique ou au monde médical sont traités avec une égale précision. Baby-Q nous transmet la vision de notre monde décadent où les guerres, la violence conjugale et la sensualité la plus débridée font partie d’un même tout banalisé par un quotidien télévisé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.