La mort, à 86 ans, de Pierre Bergé, homme d'affaires, mécène et compagnon d'Yves Saint Laurent, a été annoncée par sa fondation.

Pierre Bergé en 2015
Pierre Bergé en 2015 © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

Né en novembre 1930 sur l'île d'Oléron (Charente-Maritime), Pierre Bergé a été le compagnon d'Yves Saint Laurent, rencontré en 1958. Il était président de la fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, chargée de veiller au respect de l'œuvre de son ancien compagnon.

Saint Laurent, histoire d'une vie

Pierre Bergé a aidé le grand couturier français à fonder la maison du même nom. Il est élu, en 1974, président de la Chambre syndicale des couturiers et créateurs de mode. Il a été le maître d'oeuvre du développement de la marque Saint-Laurent. Il a partagé la vie d'Yves Saint Laurent, son goût pour l'art et les objets. Ensemble, ils sont formé un couple mythique dans l'histoire de la création française.

Bibliophile et amis de la littérature et des artistes

Pierre Bergé racontait ainsi sa jeunesse : "J'arrive à Paris à dix-huit ans. Prévert m'est littéralement tombé sur la gueule, défenestré, au milieu des Champs-Élysées […] Je rencontre Garry Davis et je deviens citoyen du monde. Je publie un journal qui tire à deux exemplaires parce qu'on n'a pas un sou, je traîne dans des milieux que j'aime profondément, parce que ce journal plaît à André Breton, Camus ou Sartre que je côtoie. Là-dessus, je rencontre Bernard Buffet avec qui je vis une grande histoire d'amour. J'avais dix-neuf ans. Je vais passer une journée chez Giono, et j'y reste des années".

Sa vie avec Saint Laurent a été notamment l'occasion de rassembler une formidable collection d'oeuvres d'art, qui a été dispersée dans une vente aux enchères historique. Ensemble, ils possédaient un duplex situé 55, rue de Babylone dans le VIIe arrondissement de Paris, le château Gabriel, près de Deauville, vendu en 2007, la Villa Majorelle et le Jardin Majorelle à Marrakech et de nombreuses œuvres d'art : Goya, Braque, Cézanne, Matisse et Ensor. Cette vente aux enchères, après la mort de Saint Laurent, a rapporté 373,5 millions d'euros au profit de la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent, et de la lutte contre le SIDA. La Chine avait demandé en vain la restitution de deux têtes d'animaux en bronze (un rat et un lapin) volées par des soldats français dans un palais d'été des empereurs de Chine à Pékin en 1860. Pierre Bergé, malicieux, et homme de convictions, avait répondu ceci : "Moi, je suis prêt à offrir ces têtes en bronze au gouvernement chinois tout de suite. Il leur suffit de déclarer qu'ils vont appliquer les droits de l'homme, rendre la liberté aux Tibétains et accepter le Dalaï-lama sur leur territoire" .

Pierre Bergé avait aussi fini par vendre, il y a deux ans, sa collection de livres anciens, et une grande partie de sa bibliothèque aux enchères pour plus de 11 millions d'euros.

De 1977 à 1981, Pierre Bergé est devenu directeur du théâtre de l'Athénée puis, de 1988 à 1993, préside l'Opéra Bastille et est nommé "ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO" en 1993.

Depuis 1998, Pierre Bergé était aussi le mécène du prix littéraire qui rapporte le plus d'argent, 30 500 euros, à ses lauréats. Il s'agit du prix Décembre qui avait été créé en 1989 sous le nom de prix Novembre et qui se voulait comme un prix anti-Goncourt.

Nommé "Grand Mécène des Arts et de la Culture" en 2001, il a soutenu des projets comme l’acquisition du tableau Saint Thomas à la pique de Georges de La Tour par le musée du Louvre en 1988, la rénovation de deux salles de la National Gallery à Londres en 1998, la rénovation du Musée national d’art Moderne – Centre Pompidou ou l’exposition Picasso Érotique au Jeu de Paume à Paris en 2001. Il a également financé des spectacles de l'Opéra National de Paris, une carte blanche de Patrice Chéreau au Louvre, et présidé en 2010 le Festival Normandie Impressionniste.

Homme d'influence

Homme de gauche, soutien médiatique et financier du parti socialiste, il prend le contrôle en 2010 du quotidien Le Monde conjointement avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse au travers d'une recapitalisation du groupe.

Depuis le rachat du groupe Le Monde, plusieurs incidents ont eu lieu entre lui et les rédactions du groupe. Il a dénoncé un article consacré à François Mitterrand comme « immonde, à charge, digne d’un brûlot d’extrême droite » précisant que pour lui "Payer sans avoir de pouvoirs est une drôle de formule à laquelle j’aurais dû réfléchir ! Je considère que, contrairement à ce que j’ai VOULU et à ce qu’ils prétendent, les journalistes du Monde ne sont pas libres, mais prisonniers de leurs idéologies, de leurs règlements de compte et de leur mauvaise foi. Tout cela est très grave."

Au sujet du projet de loi établissant le mariage homosexuel, Une page publicitaire payée par La manif pour Tous, et un article de La Vie, qu'il jugeait anti - mariage homosexuel, lui a fait dire qu'il souhaitait que La Vie ne fasse plus partie du groupe, ce qui n'a pas reçu l'aval des deux autres actionnaires.

En 2013, c'est au supplément littéraire du Monde qu'il s'en est pris, faisant dire au spécialiste de la presse Benjamin Dormann qu'il bénéficiait en fait d'une «quasi immunité médiatique qui l’autorise à manquer de respect à des salariés, à en menacer, et en insulter d’autres ; le tout sans conséquence aucune, puisqu’il tient le chéquier »

Militant de la cause homosexuelle, Pierre Bergé s'est également engagé dans la lutte contre le sida et a cofondé, en 1994, avec Line Renaud, l'association Sidaction, dont il était co-fondateur et président. Il a été également propriétaire du magazine Têtu de 1995 à 2013.

Pierre Bergé et la lutte contre le Sida : un combat pour les droits des personnes les plus exclues

Le 31 mars 2017, Pierre Bergé a épousé le paysagiste des stars Madison Cox, à Paris. Madison Cox est notamment l'artisan des jardins de la villa Majorelle.

«J’ai vécu deux premières grandes histoires d’amour, avec Bernard Buffet pendant dix ans et avec Yves Saint Laurent pendant cinquante ans, déclare Pierre Bergé. Le mariage gay n’existait pas. Aujourd’hui, il existe. Je régularise ma situation avec Madison Cox.»

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.