Cet après-midi, au Musée d'art moderne de la ville de Paris, à l'exposition Cartier Bresson encore présente jusqu'au 13 septembre, un homme grand et distingué a volé la vedette au maître de l'instant décisif. Les yeux des visiteurs ne le quittaient pas, lui, sa femme photographe Donata Wenders accompagnée de deux adolescentes, toutes trois discrètes et longilignes. Cet homme, c'est Wim Wenders. Le réalisateur de "Paris-Texas" qui termine un film en 3D sur Pina Bausch a pris le temps de venir visiter et saluer le plus grand photographe français du 20è siècle, mort il y a 5 ans, en août 2004 . L'exposition est la réédition d'une exposition de 1978. A l'époque, le photo reporter choisit une soixantaine de photos . Après 40 ans de voyages harassants, il pose son Leïca et privilégie le dessin. Il propose dans le cadre d'une exposition tournante en Europe, une sélection de quelques unes de ses images. Les tirages sont grands, plus grands que d'ordinaire. Plus clairs, ils sont tirés sur des cartons, et donc, sans cadres. Seul un liseret noir entoure la photo, ce que d'autres photographes imiteront plus tard . On connaît de nombreuses images, le Mexique, l'Espagne, l'Italie, des années 20, 30, puis l'Asie, l'Europe et les portraits célèbres des Joliot Curie ou de Truman Capote avec qui Cartier Bresson ne s'était pas bien entendu. Il paraît que le romancier américain était tombé amoureux du photographe et que cette soudaine affection n'était pas du goût de Cartier...D'autres images apparaissent. Elles étaient oubliées ou inconnues du public . Presque toujours, on est ébloui par cet oeil incroyable, cette géométrie, cette force, cette évidence. Des enfants se prélassent dans le Sud sous un préau, une voiture file sur une route des Etats-Unis, des japonais pleurent un acteur célèbre en se mouchant d'une façon théâtrale, Cartier voit tout et se place là où il faut... Qu'est-ce qui fait qu'au moment d'arrêter sa carrière, Cartier-Bresson retient celle-ci plutôt qu'une autre ? Mystère . Le pifomètre, aurait-il répondu, peut-être, malicieux .En sortant, Wim Wenders a profité du Musée pour visiter (c'est gratuit) les collections d'art moderne . Heureux, léger, appareil photo à la main, il s'amusait à tirer le portrait des trois femmes de sa vie. Il faut dire que Wenders est aussi photographe et qu'il a beaucoup photographié l'Amérique, fasciné entre autres par les images de Walker Evans, à qui Cartier Bresson vouait une admiration réciproque .

Wim et Donata Wenders
Wim et Donata Wenders © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.