La BD peut explorer la sexualité et s'adresser à un public plus adulte. Exemples avec "Azolla", "L’Herbier sauvage", et "Nuages et pluies ».

Couvertures de L'Herbier sauvage, d'Azolla, et de Nuages et pluies
Couvertures de L'Herbier sauvage, d'Azolla, et de Nuages et pluies © Radio France / Soleil,Atrabile,Futuropolis

Un éventail de sexualités

Couverture de L'Herbier sauvage coll Noctambule chez Soleil
Couverture de L'Herbier sauvage coll Noctambule chez Soleil / Fabien Velhmann et Chloé Cruchaudet

Des histoires érotiques racontées librement, illustrées intelligemment. L’Herbier sauvage n’est pas une BD, mais plutôt un recueil de témoignages sur la sexualité recueillis par le scénariste Fabien Vehlmann (Professeur Cyclope, Spirou, Seuls), sur des dessins de Chloé Cruchaudet (Mauvais genre, La poudre d’Escampette…). Pendant six ans, des inconnus ont confié, à Fabien Vehlamm leurs préférences sexuelles. Ils lui ont raconté leurs interrogations, leurs pratiques… De tous ces entretiens, les auteurs n’ont retenu que ceux qui les inspiraient. Les textes racontent comment une personne choisit ses partenaires en fonction de leur attitude avec un chat, une technicienne dans les films pornos explique qu’elle a besoin de « pause-chatte », une autre avoue aimer qu’on la morde dans le cou… A chaque récit, Fabien Vehlmann a ajouté son petit commentaire qui pointe les contradictions, précise le contexte, et aère le propos. Le dessin à l’aquarelle de Chloé Chrudaudet est lui, suffisamment explicite mais jamais vulgaire. Il habille avec élégance ces histoires et réussit un exercice pas évident. L’ensemble ne forme pas un ensemble sociologique mais dessine sous nos yeux une jolie histoire du plaisir et des relations humaines.

« Il y a une attente très forte de pouvoir parler de sexualité librement. Tout le monde a peur du jugement ». Fabien Vehlmann :

« Sans se concerter, avec Chloé Cruchaudet on était dans la même philosophie sur ce projet. Elle a choisi la technique de l’aquarelle parce qu’elle permettait des « accidents ». Comme moi avec mes entretiens qui allaient vers l’imprévu. Je sais qu’elle a une admiration pour le peintre Lucian Freud, en particulier pour sa façon de représenter la chair dans ce qu’elle a d’humain. Son dessin loin de la caricature, montre des corps normaux, dans la jubilation, dans la sexualité, dans l’épanouissement… ». Fabien Vehlmann :

L’herbier sauvage de Fabien Vehlmann et Chloé Cruchaudet publié dans la Collection Noctambule chez les Éditions Soleil

La sexualité retrouvée post-séparation

Couverture d'Azolla publié chez Atrabile
Couverture d'Azolla publié chez Atrabile / Karine Bernadou

C’est une petite bonne femme aux cheveux longs abandonnée par son mari. Après le deuil, vient la reconstruction. Une renaissance onirique qui passe par l’érotisme. L’héroïne d’Azolla de Karine Bernadou est en état de choc. De ses rêves et de ses fantasmes, elle tire la force de son émancipation, et retrouve sa liberté. Sa sexualité, longtemps contenue explose. Le dessin naïf, presque enfantin contraste avec la crudité du propos. Allié à l’absence de parole, il donne une dimension encore plus fantastique à cette aventure intérieure. Karine Bernadou qui avait déjà interrogé avec humour la féminité extrême dans sa série Hystéria signe ici un conte érotique drôle, plaisant et dont l’intelligence du propos est incroyable.

« C’est comme un Alice au pays des merveilles érotique, un personnage qui va se déployer ». Karine Bernadou :

Azolla de Karine Bernadou, publié chez Atrabile

La sensualité rêvée

Couverture de Nuages et pluies publié chez Futuropolis
Couverture de Nuages et pluies publié chez Futuropolis / Loo Hui Phang et Philippe Dupuy

Entre rêve et mélancolie. Werner travaille au Laos dans ce qu’on imagine être une usine d’armement. L’ancien soldat de 14-18, a eu la vie sauve grâce à son ami mort dans les tranchées devant lui. Il se sent d’autant plus coupable que ce dernier avait femme et enfant. Le héros de Nuages et pluie a quitté l’Europe pour l’Asie où il traine sa mélancolie. Une nuit, attiré par un chant et par les rumeurs de l’existence d’une jeune femme chez les propriétaires de l’usine, il échappe à la surveillance des gardiens et l’aperçoit… Dans cette histoire qui oscille entre réalité et fantastique, Loo Hui phang mêle des éléments historiques et autobiographiques - sa famille a vécu à Savannakhet. Le dessin de Philippe Dupuy se met au service de cette alternance d’atmosphères. Dans les passages plus réalistes, les couleurs sont dans les tons beiges... Dans les scènes oniriques d'une grande sensualité, les couples évoluent dans des tons noirs et rouges qui apportent en délicatesse ce qu'il faut d'irréel.

"Nuages et pluie veut dire faire l'amour en chinois. il y a beaucoup de figures très imagées dans la culture chinoise. Je suis d'origine chinoise et vietnamienne. La part de l'invisible est importante dans vie réelle. La frontière entre réalité et fantasme est floue, comme dans mon livre. J'ai voulu emmener l'érotisme loin des clichés. Pour moi la sexualité, c'est à la fois très beau et étrange... La part de fantastique du livre se teinte d'érotisme et la partie érotique de fantastique." Loo Hui Phang :

Nuages et pluie de Loo Hui Phang et Philippe Dupuy chez Futuropolis

A lire aussi de Loo Hui Phang : L'odeur des garçons affamés

►►►ET AUSSI I Des bulles d'amour et Été 2016 : la sélection BD de France Inter

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.