Cet été, des auteurs de BD avouent leur "BD honteuse" : la BD « ringarde », passée de mode ou ridicule, mais qu’ils apprécient.

Couverture de Pat'Apouf de Gervy
Couverture de Pat'Apouf de Gervy © E. du Triomphe

2/8 - Deuxième épisode de la série des BD "honteuses" avec Jean-Christophe Menu, rencontré aux Rencontres du 9e art d'Aix-en-Provence, qui nous explique pourquoi il apprécie Pat’Apouf…

► LIRE I La première BD "honteuse" de la série d'été celle de Bastien Vivès : les albums coquins et "brutasses" de Dany

Jean-Christophe Menu : "Dans Krollebitches, je raconte ce qui a formé mes goûts. Je parle de titres que la grande histoire de la BD n’a pas du tout retenus. Pat’ Apouf est une bande dessinée un peu honteuse dans le sens où elle paraissait dans Le Pèlerin, un hebdomadaire catholique. Ma tante assez croyante apportait ce magazine chez mes parents. Dedans, il y avait deux BD qui paraissaient au rythme hebdomadaire. Il y avait Astérix, et ça tout le monde connaissait.

C’était d’ailleurs assez comique parce qu’ils passaient la BD au rythme d'une planche par semaine. Et souvent, ils continuaient à la proposer alors que l’album était déjà paru. Pendant une quinzaine de semaines, ils persistaient à publier l’Astérix que tout le monde avait lu. Je le disais à ma tante, en lui disant, ça va, j’en veux plus, le livre, je le connais ! Mais elle ne comprenait pas.

Pat'Apouf paraissait dans Le Pélerin

La deuxième page que publiait Le Pèlerin est beaucoup plus méconnue. Son titre déjà est un peu "honteux", c’est Pat’Apouf. L’histoire d’un détective avec un peu d’embonpoint. Il menait ses enquêtes avec son neveu Jacky, qui est en culottes courtes.

Les liens familiaux sont souvent un peu curieux dans la BD franco-belge, il peut y avoir deux amis, mais quand il y a des enfants, ce sont plutôt des neveux. Ça fait une espèce de couple, c’est un peu étrange avec le regard de maintenant, mais à l’époque, ça paraissait naturel. Il faut se rappeler que ce sont des personnages des années 1950, même si moi, je les lisais dans les années 1970.

40 ans après, Jean-Christophe Menu a enfin pu lire le début de Pat'Apouf

La page 8 de Pat’a pouf m’a marquée. En particulier la première séquence qui était très violente. C’était l’histoire de quelqu’un dans la mer qui se fait arracher une jambe par un requin. Je n’avais jamais lu le début de l’histoire. Un lecteur-collectionneur m’a envoyé récemment ces sept premières pages manquantes. Quarante ans après, je découvre ce que je n’ai jamais même rêvé d’avoir, puisque Pat'a pouf ne paraissait pas en livre, que personne ne garde le Pèlerin, et que je n’ai pas eu l’idée d’aller chercher sur Internet.

C’est honteux, aussi, parce que ça n’existait pas en album quand j’étais enfant. Une maison d'édition a toutefois décidé de le republier. Mais c'est honteux : cet éditeur, les Editions du Triomphe, est notoirement d’extrême droite ! Tous les libraires savent que ses dirigeants sont des catholiques intégristes très à droite… Il est donc très rare de trouver ses livres. Et ce n’est pas plus mal."

Ecoutez Jean-Christophe Menu :

►►► Pat'Apouf, la série BD policière française était dessinée par Gervy. Elle a connu une longévité incroyable puisqu'elle a été publiée entre 1938 et 1973, avec le même auteur, puis jusqu'en 1990 avec d'autres.

Articles liés
Culture
Max Gallo est décédé
19 juillet 2017
Culture
Fregula sarda
18 juillet 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.